Sarkozyssime !

Sarkozy plus fort que tous ! Le ton est brusque mais il a raison sur le fond. Sarkozy a été élu sur un programme de changement, il applique ses idées et tout le monde râle. Oui le changement ce n’est pas facile, mais nécessaire. Oui, les forces conservatrices sont grandes en France.

J’ai toutefois l’impression que Sarkozy est mal entouré, avec des ministres gaffeurs qu’il désavoue régulièrement, ou des incohérences entre Matignon et l’Elysée. Et surtout le cas Fillon, plus un boulet qu’un tremplin. Comme si Sarkozy s’empêtrait un peu plus pour mieux briller.

Notre hyper-président reste efficace, malgré les plaintes des uns et des autres. Il avance, et c’est le plus important. Il va falloir lui apprendre maintenant le tact et la diplomatie.

http://fr.news.yahoo.com/3/20090120/tpl-defense-sarkozy-synthese-cfb2994.html

Nicolas

8 Réponses to “Sarkozyssime !”

  1. larocheauxloups Says:

    Notre Président est efficace… médiatiquement. Il a fait un show médiatique pendant 5 ans principalement au ministère de l’Intérieur, fondé essentiellement sur son côté fort en gueule et ses phrases slogans simplistes. Une visibilité quasi-constante qui l’ont clairement mené à la victoire (électorale).

    D’abord un discours d’investiture en plein dans un fief du MEDEF, le message est clair…
    Ensuite, pour ses premiers voeux à l’Elysée, soit en janvier 2008, il a brandi une phrase toute faite (comme un slogan), « politique de civilisation », totalement sortie de son contexte dans laquelle, d’ailleurs, il ne mettait rien puisque ce n’était utilisé que comme une phrase choc, faite d’énergie d’imprégnation purement dynamique mais vide de sens.

    Sa « politique de civilisation » est celle du creusement encore plus prononcé entre bas et hauts salaires, privatisation galopante mettant à mal les plus faibles revenus, les plus faibles retraites (j’en sais quelquechose), renflouement des banques boursicoteuses, une république où on « privilégie » discrètement les potes industriels ou stars de cinéma. Du donnant-donnant limite perso qui n’a rien à faire dans la conduite d’un Etat de droit.

    Des réformes? Plutôt une série d’amendements ou de mesurettes pondues à la chaîne, parfois inspirées, mais qui ne sont en aucun cas une « réforme » digne de ce nom, encore moins une vision de société à long terme dont aurait bien besoin la France. Sarkozy ne fait qu’essayer de raboter ou maintenir à flot un modèle de société inégalitaire qui commence à imploser. En tous cas dont on commence clairement à voir les vices de fonctionnement.

    Notre Président n’arriveras pas à endiguer cette sois-disant crise car il ne la voit que sous l’angle économiste étriqué d’un homme politique de la fin du XXème siècle. Comme un cycliste qui met des rustines sans pouvoir empêcher sa roue (celle qui la porte) de se dégonfler. Mais tant que çà tient encore un peu…

    Alors arrêtons les applaudissement petit bourgeois auto-contentés d’un Roi quel qu’il soit et de se féliciter d’une « énergie » trop parfaitement montrée pour être honnête. Ne tombons pas dans cette esbrouffe sans fond, dans ce piège grossier tendu à nos intelligences. Il faut avancer, certes, mais dans le bon sens pour chacun. Sarkozy sait très bien où il veut emmener la France mais c’est un objectif déja en retard d’une mesure.

    Sarkozy a, malgré tout, déja son utilité: nous montrer de manière ostensible les failles d’un système à deux vitesses et nous en dégoûter. Chirac cachait ses malversations et multiples revenus « off », Sarkozy, lui, s’affiche. C’est là le rôle de notre actuel président et il le remplit à merveille. C’est un réformateur qui va nous amener à réfléchir sur ce que l’on ne veut plus voir, à réfléchir sur le sens de, comme il dit dans ses voeux 2009, « Un monde nouveau ou l’on devra travailler plus ». Travailler plus, travailler plus… Travailler, oui. Mais pour qui et surtout pour quoi? Pour quel mode de société? Bonnes questions… S’épanouir par le biais d’une activité constructive pour soi et pour tous serait mieux, quand même…

    L’Amérique à eu Georges Bush fils, l’Italie Sylvio Berlusconi. La France a Nicolas Sarkozy. Le président à la cafetière à 25 000 € pendant que la France est en train de doucement s’enliser dans un quart monde sécuritaire accepté par tous.
    Merci, monsieur Sarkozy de précipiter les choses dans la même direction obsolète et intenable d’un monde surbouffeur et suproducteur à outrance, cela va nous obliger à réfléchir plus ardument et à nous poser les bonnes questions, déja sur nous-même mais aussi en ce qui concerne votre succession. Car la France a clairement besoin de se repenser en profondeur, et pas de juste « avancer » connement la tête dans le mur en reproduisant le même système féodal d’échelle mondiale. Tout ne se marchande pas.

    Efectivement, la France doit cesser de se croire le modèle politique du monde mais plutôt faire ce qu’il faut pour que çà devienne une évidence en faisant tomber ses propres blocages. Blocages intellectuels ou syndicaux mais blocages quand même.
    Notre Président est en train de mettre à mal ces blocages et c’est en cela qu’il est utile et qu’il a toute sa place (sa pseudo politique n’étant en elle-même qu’une vaste connerie). Notre République va être amenée, ces prochaines années, dans ses derniers retranchements constitutionnels et va devoir inmanquablement évoluer de manière saine quand notre trublion de président sera allé trop loin dans sa logique et ses excès.

    Car il n’y a que dans les grandes catastrophes que les gens sont solidaires…

    Franck.

  2. larocheauxloups Says:

    En fait j’avais pas lu l’article…

    Mais quand même, il poursuit dans son schéma de désengagement financier de l’Etat pour des services ou activités qui dépendent de l’Etat. Décentraliser c’est pas mal mais qui va supporter la note? L’Etat n’a plus d’argent, sois-disant? Alors qu’il arrête de larguer un salaire odieux à son président défrayé et qu’on abolisse la modification des traites des députés et sénateurs « retraités »(avec toute leurs facilité vis-à-vis de l’ANPE) qu’avait voté Debré pour lui et ses potes avant de s’éclipser de l’Assemblée nationale en catimini. Ou l’art d’utiliser les lois de la République pour installer un déséquilibre. Là çà pourrait déja être plus transparent.

    Réformer, oui. Mais c’est aussi tout çà qu’il faut réformer. Avant même l’utopie de passer à un système politique différent un peu plus égalitaire, il y a du ménage à faire à ce niveau là.

    Et çà non plus, Sarkozy, tout « réformateur » plein « d’énergie » qu’il soit, il n’est pas près d’y toucher.

    Franck.

    • larocheauxloups Says:

      oui, Sarkozy est limité dans sa volonté de réformes, il l’avoue même en off « la France; c’est un pays difficile à gouverner ». Tu m’étonnes ! L’opposition ne propose rien d’autre que le blocage systématique de toute avancé, les syndicats s’arqueboutent sur des acquis sociaux et ne veulent rien lâcher pour faire évoluer la situation sociale et économique. Ce sont eux les pires freins de la France, eux ne veulent pas changer les choses.
      Sarkozy est un homme pressé, un mauvais gestionnaire qui travaille à la gueule et au relationnelle, mais un président fort, respecté dans le monde. Chirac était ridicule à la fin, comme Mitterrand. En diplomatie, quelles que soient les conditions, Sarkozy est efficace, il touches des symboles puissants et n’hésite pas à se lancer. Un vrai bulldog. Son problème est la gestion quotidienne du pays. Il devrait s’appuyer sur un premier ministre fort, mais il le court-circuite tout le temps, il n’a confiance en personne.
      La solution ? Un régime présidentiel, avec une équipe gouvernementale forte sous sa direction, déléguant le quotidien à un vice-président, un super-ministre. Un DG quoi. A Sarkozy la vision à long terme, et la diplomatie. Le Parlement ? Il ne sert plus à rien, les députés sont soit trop absents de l’hémicycle, soit trop absents de leur fief local. A quoi ça sert tout ça ? Quand on sait le coût du Parlement, ça fait mal au porte-monnaie. Oui, il faut un contre-pouvoir au président. Créons un conseil de Sages, ou mieux, utilisons le Conseil d’Etat et le Conseil Constitutionnel, repères de glandeurs et placardisés, pour contre-balancer la présidence. Et la démocratie dans tout ça ? Un leurre bien évidemment, un député subit trop de pressions, j’en ai marre du copinage et du réseautage. Allons-y franco.
      Le Sénat aussi, hospice de luxe pour vieux politiciens. Dégageons tout ça, ça fera un beau musée pour Paris et rendons le Luxembourg à la capitale. Tout ça coûte trop cher en entretien et salaires. Arrêtons de nous prendre pour des cons. La vraie démocratie ? Elle est locale, dans son village, dans sa région. Voilà le vrai travail citoyen. Bien sûr, il faut remonter les infos à la présidence. Les préfets servent à ça. Il ya trop d’échelons de pouvoir en France. Ou alors le préfet de région, qui aurait un rôle plus politique, de gestionnaire. La France est désuète, allégeons les structures, il y a trop de bureaucratie.
      Sarkozy dans tout ça ? Je pense que c’est son projet. Ruiner la France pour donner un coup de fouet, comme l’Angleterre à l’arrivée de Thatcher. Sarkozy pose les bonnes questions, mais les adapte mal. Il faut qu’il apprenne à déléguer, à faire confiance. Il est arrivé au pouvoir au pire moment, la crise financière est difficile à surmonter, mais il cherche des solutions. Oui, ça va être dur sauf pour les nantis. Mais le jeu en vaut la chandelle.
      Nicolas

  3. larocheauxloups Says:

    Et ben nous y voilà! La par-ti-ci-pa-tion. Parce-que là, nous sommes en plein royaume de l’in-fan-ti-li-sa-tion. Du copinage, etc… Nous sommes d’accord.

    Nous en revenons donc au constat qui fait mouche et au coeur du débat: repenser le système institutionnel pour le simplifier en vue de laisser le pouvoir de débattre à tous et le devoir des élus de rendre des comptes sur leurs décisions et bilans, pas pour le plaisir de couper des têtes (nous devons aller plus loin), mais parce-que nous somme tous dans le même bateau. Elus comme administrés, nous sommes français.

    Bien sûr que l’avenir est dans le local, de donner des possibilités de débats à ceux qui veulent pour discuter de projets à l’échelon local, régional et même national.
    Des groupes de discussions seraient envisageables, instaurables de manière progressive, comme une bonne habitude à prendre. On en dégagerait les grandes lignes en accumulant les avis de la plus petite structure paumée jusqu’à l’ensemble du pays. Pareil pour les départements outre-mer à leur échelon.

    Voix du peuple (=démocratie, hein) pris en compte par une sorte de conseil gouvernemental issus de citoyens volontaires renouvelés souvent et qui décideraient dans une vraie optique des meilleures solutions possible à adopter pour la collectivité (et pas pour taxer toujours plus les mêmes ou pour favoriser indirectement ses potes industriels).

    Un pays avec un système simplifiant la vie à la création d’entreprise, car c’est important, mais en ne le gérant surtout pas avec l’esprit productiviste d’un chef de gondole qu’on voudrait appliquer bêtement à tous les secteurs d’activité, comme c’est le cas actuellement.

    Le droit de se syndiquer ou de faire la grève est légitime quand on se sent lésé à juste titre, il devient énervant (surtout dans les transports!) quand il devient systématique et incompréhensible par les gens autour.

    Oui, la France a des blocages et vit une période de frictions intenses parce-qu’elle est au bord des changements dont elle a besoin. Mais de ces changements, ce n’est pas à un pseudo super-président de le décider seul (« moi je », « moi je », « moi je »), c’est juste à nous. Car ce président n’est qu’un pantin qui vit au quotidien les pressions des barons de l’économie qui veulent prolonger un système moribond.

    Oui au dynamisme mais il ne faut surtout pas en faire une nouvelle idéologie. Et tout amalgamer. Comme le fait trop souvent Nicolas Sarkozy.

    Alors laissons tomber le culte de la personnalité même si c’est tentant. Il est tant de se responsabiliser de pousser pour aller dans ce sens là.

    Franck.

    • larocheauxloups Says:

      L’idéologie du fric et du capitalisme au service d’un clan. Rien de très nouveau malheureusement. Il manque vraiment à Sarkozy de l’humanité, l’amour de son pays, le plaisir de gouverner un peuple, une nation. Notre hyper-président se comporte trop comme un pion, c’est un vrai problème. En plus de mal s’entourer. C’est comme s’il tendait la baguette pour se faire battre. N’y a-t-il pas de l’autoflagellation dans ses actes ? Je me le demande. En tout cas il n’a pas l’envergure pour changer véritablement le système, mais va préparer la vieille dame qu’est la France à faire peau neuve, pour les prochaines présidences. Des volontaires ?
      Nicolas

  4. larocheauxloups Says:

    Et c’est là tout le problème.

    Jusqu’ici, je n’ai pas vu d’Obama français! Une opposition qui n’en est pas une parce-qu’elle se confine dans ie rôle qu’on lui donne donc, du coup, elle n’apporte rien.
    Les extrêmes gauches sont parfois bien plus imaginatives que la gauche institutionnelle mais restent des extrêmes. Il y a peut-être Besancenot qui est intéressant mais un brin médiatique. Mais qui ne l’est pas?… Euh… Jean-Marc Governatori et sa France En Action mais, pour le coup, ils ne sont pas DU TOUT médiatiques! Mais pourtant d’un apolitisme si vivifiant.

    Ouais, c’est pas gagné…

    Ya moi, sinon… …. Veux bien être volontaire mais dans quelques années! Le but de la manoeuvre étant: se faire élire et accéder au pouvoir dans une France telle qu’on la connaît aujourd’hui (politiquement) et l’amener, en cinq ans, progressivement, et dans le respect de l’esprit des institutions et dans le débat, vers une participation accrue des administrés et l’instauration d’une vie civique simplifiée (mais pas simpliste) pour que tout le monde s’y retrouve et surtout la comprenne. Et, du coup, s’y sente impliqué. rien n’est plus insupportable que l’abstention électorale. Mais quand on voit les tronches d’enclume à la télé qui rabâchent toujours les mêmes rengaines, on comprend certains abstentionnistes!

    Remettre à plat les dépenses de l’appareil d’Etat pour supprimer les inutiles, réduire les superflues et réinjecter l’argent récupéré dans les infrastructures publiques afin qu’elles soient moins chères et retrouvent leur sens égalitaire. Par exemple les bibliothèques, je les verrais bien gratos, moi. Tu les paye dans tes impôts, point. Comme çà, les franges sociales les moins aisées ont accès à un minimum de culture.

    Développer les coopératives agricoles locales pour que les bénéfices d’une agriculture locale et naturelle soit redistribuée équitablement entre les différents producteurs. Comme çà les productions auront un rayonnement local et on arrêtera les transports de marchandise d’un bout à l’autre du pays. Çà redessinera une carte des saisons et des zones géographiques. Et on arrêtera peut-être ce système débile de subventions. Le tout étant d’aider à ce qu’un système économique local fonctionne un maximum d’abord grâce à lui-même mais en régulant un peu avec ce système de coopératives. Alors les coopératives seront en général privée (parce-que c’est pas interdit) mais régulées par tout un contexte de lois permettant et encourageant les initiatives locales.

    Enfin il y a plein de trucs! Voilà l’programme. Çà demande de la responsabilisation de chacun, bien sûr (c’est quand même pas la mort d’aller dans un forum de discussion local pour donner son avis, faut pas déconner!), mais c’est faisable. Le tout est de ne rien imposer (comme c’est le cas trop souvent aujourd’hui) mais de laisser la possibilité de. Et laisser les gens y venir d’eux-mêmes. Les habitudes agréables se reprennent vite.

    Mais la responsabilisation des administrés fait peur, çà les pousse à réfléchir par eux-mêmes et donc poser un regard critique sur l’idéologie publicitaire des grands groupes agro-alimentaires.

    Et appliquer tout çà de manière concrète et directe, adaptée à chaque secteur ou chaque régionalisme où chacun pourra donner son avis qui sera collecté.

    Oufff… C’est un changement complet d’état d’esprit civique, un retour au sens premier du mot « politique » et il y a du boulot! Mais si les administrés en ont marre d’être « pris pour des cons », il faut qu’ils prennent en main eux-mêmes les rennes. Il n’y a que çà.

    Franck.

    • larocheauxloups Says:

      tout à fait d’accord avec ton programme, c’est le seul avenir possible qui responsabilise les citoyens français. Oui, bibliothèques, musées et médecine gratuits, c’est évident. Oui, agriculture locale et saisonnière. etc… On en reparle mardi ? Je voulais justement te proposer une stratégie à long terme dans la politique pour toi.

  5. larocheauxloups Says:

    Oui,

    Enfin avant mon « envie de politique », il faut juste mettre (et j’ai oublié de le faire) « pourquoi pas ».
    Si j’étais président, on pourrais faire comme çà, « pourquoi pas ».
    C’est pas une vocation première mais bon… Vu qu’aucun politique ne voit plus loin que le bout de son porte-monnaie ou de son portefeuille ministériel ou sénatorial…

    Alors pourquoi pas…

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :