Involution politique et nouvel ordre mondial

C’est le début de l’année et l’heure des voeux et des bonnes résolutions. Finis les bilans désastreux ou moroses de l’année écoulée, place à l’avenir et au positivisme affiché. Après tout, la vie continue. Oui, mais en période de crise. Et là on va p’tête pas forcément se marrer tous les jours!
Notre Président présente, comme tout un chacun, ses voeux. Ici, c’est à son corps diplomatique étranger qu’il s’adresse. Donc oui, nos ambassadeurs de la France et sa culture à l’étranger, messieurs-mesdames.
Pas grand chose à retenir si ce n’est la volonté affichée de collaboration à la paix et de négociation de la part de la France vis-à-vis des pays étrangers soumis à des tensions ou des troubles. Le Liban est assuré du soutien de la France, les deux pays sont liés depuis longtemps, de part la culture politique laïque particulièrement évoluée de ce beau pays. La continuité de telles relations est donc à saluer.
Israël est également le point de mire du soutien de la France ainsi que l’Inde et le Pakistan. L’Iran n’est pas en reste, malgré la fermeté de rigueur vis-à-vis de leurs velléités nucléaires sois-disant civiles.
L’attitude pacifiste de la France s’avère donc toujours de mise et maintenue avec énergie, une constante de l’esprit français, grande gueule, artiste ou philosophe en apparence mais, dans le fond, préférant de loin la fête à la guerre.
Voici les voeux complets de Nicolas Sarkozy au corps diplomatique français,
sur le site de l’Elysée

Çà dure une bonne grosse demi-heure mais c’est intéressant à voir.

Notre Président nous dessine donc, placidement, un visage du monde en crise, économique tout d’abord mais aussi politique dans nombre de zones sensibles comme le fameux (je cite)
« vaste arc de crise qui va du proche orient au Pakistan « .
Pour reprendre les termes même du chef de l’Etat, « l’année 2009 sera une année de très grande difficulté. Sans doutes l’une des plus difficiles depuis des décennies. Sur le plan économique, et donc sur le plan social, sur le front de la guerre et de la paix ».
Deux rendez-vous essentiels pour le président, martelés tout au long de ces voeux: les négociations du G20 à Londres en avril et les négociations de Copenhague sur le climat. Nicolas Sarkozy se réjouit, évidemment au nom de la France, de la résolution du président Obama, nouvellement élu, de faire entrer de plein pied les Etats Unis d’Amérique dans les enjeux planétaires de protection du climat.
Donc, un bon point encore sur ce sujet.

Jusqu’au moment où, sur Agoravox, un internaute publie cette
analyse brûlante des voeux de Nicolas Sarkozy.

Effectivement, vu comme çà, cette histoire de nouvel ordre mondial peut interpeller. Alors de quoi s’agit-il? D’une évolution politique logique de l’Humanité vers des décisions politiques ratifiées à un niveau mondial, faites d’accord multilatéraux entres des Etats souverains pour le bien des peuples et une coordination mondiale équitable? Est-ce les prémices de l’émergence d’une conscience politique mondiale dont parlais déja en son temps Emmanuel Kant comme d’une évolution inexorable? Ou alors est-ce, une fois de plus, le forcing fait par une oligarchie rassemblant les Etats occidentaux industrialisés pour imposer un « ordre » fondé sur les profits à tous crins des barons de l’industrie, fait de traçabilité des êtres vivants, de breuvetage du vivant, de villes et de banlieues privées huppées et protégées de miradors pour ceux qui auront les moyens de payer de tels services, bref un monde sans idéologie ou but particulier mais ultra-fliqué?
Difficile de démêler cette vaste question mais force est de constater que les chefs d’Etats de différents pays commencent à parler tour à tour de ce « nouvel ordre mondial » ou de « gouvernance mondiale ». Force est de constater que Nicolas Sarkozy parle lui-même de ce « nouvel ordre mondial », qu’il insiste sur le fait que la crise financière ne nous laisse que « très peu de temps » pour réagir et instaurer un « capitalisme régulé ».
Il faut donc réagir vite, nous dit le chef de l’Etat, le plus vite possible apparemment. Pourquoi? Que se passera-t-il sinon? L’explosion de la « bulle de dettes » et l’écroulement du système financier actuel, alors il faut se magner de rétablir çà fissa avant que disparaissent les privilèges de certains? Selon Notre Président, c’est d’un capitalisme refusant les paradis fiscaux qu’il faut maintenant discuter à Londres en avril. Idée séduisante…
Mais, Monsieur le Président, en veut-on encore seulement de votre capitalisme bancaire dégénérescent? Etes-vous sûr que nous avons envie de vous suivre sur la voie de cette nouvelle « gouvernance mondiale » que vous prônez en notre nom si paternellement mais pour laquelle, encore une fois, nous n’avons pas notre avis à donner? Comme pour la mini-traîtrise européenne ou le CPE, vous rappelez-vous? Etes-vous sûr que la solution soit de persister à maintenir un système dont le vernis craque, plutôt que d’essayer de réfléchir, ensemble, à une nouvelle forme de prise en main par tous et chacun? Et tout repenser du début tant qu’il en est encore temps? Pour le bien de tous… et de chacun.
Une chose est sûre dans ce genre de déclarations matraquées à tour de bras: ne surtout pas tomber dans le panneau de la parano de base mais surtout rester vigilant et garder les yeux ouvert avec un sens critique en alerte à propos de ce qu’on nous réserve. Ne soyons surtout pas désinvoltes.

 

Franck.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :