Sept à Huit

Sept à Huit est une émission diffusée chaque dimanche de 19h à 19h45 sur TF1, en remplacement de la défunte et classique Sept sur Sept tenue pendant des années par Anne Sinclair. Difficile de reprendre le flambeau d’une émission culte, notez d’aillers le titre très proche de l’ancienne émission. Harry Roselmack est aux manettes, un choix surprenant pour TF1, chaîne réputée beauf et raciste. Comme quoi les clichés ont la vie dure. Il est présentateur et co-rédacteur en chef de l’émission, participant donc aux choix éditoriaux. L’émission est produite par la boîte de Emmanuel Chain, Eléphant & Cie.

Une émission bas de gamme, aux reportages chocs et aux effets faciles, visant les bas instincts des spectateurs, voyeurisme notamment. Les reportages sont bâclés, simplifiant et réduisant les tenants et aboutissants de questions pourtant intéressantes, finissant en queue de poisson sans rien démontrer. Le but est juste de montrer une situation, une personne, un évènement sans approfondir. Les interviews sont orientées et elles-aussi bâclées. Le service minimum pour TF1 qui cherche le sensationnel et le scoop.

Un exemple, le dimanche 22/02/09 : un reportage sur les lignes à haute tension, plus de 400 000 volts à quelques mètres d’habitations, une situation à risque qui commence enfin à sortir sur le débat publique alors que les dangers sont connus depuis longtemps. Une question importante, mais survolée par le journaliste, en montrant vite fait quelques témoignages pas bien méchants. Un reportage sur le procès d’un Khmer Rouge au Cambodge, Duch, ancien directeur de la prison S21. Un reportage classique, qui dévie sur les survivants du massacre. Un sujet puissant, notamment quand on se rend compte que de nombreux chefaillons khmers sont encore vivants, en toute impunité. L’intérêt ne poind pas, le reportage est vite ennuyeux, mal ficelé. Dommage. Le pire ? L’interview exclusive de Loana après son accident bizarre chez elle. Amnésie et blessures étranges. Le journaliste est méprisant et hautain, cherchant visiblement à faire craquer la starlette bien fragile, qui s’en sort par des pirouettes et en passant pour une sotte. Affligeant.

Nicolas

Une Réponse to “Sept à Huit”

  1. larocheauxloups Says:

    Ouais. Du TF1 pur jus, quoi…

    Franck.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :