Filtrage du web

Un projet de loi antipiratage en préparation (HADOPI) donne le ton : suite à la remise du rapport intégral à la commission des Lois, il faut lire entre les lignes pour bien comprendre l’état d’esprit du législateur. Il s’agit ni plus ni moins de filtrer le web publique (accessible en WiFi), de créer une liste blanche des sites autorisés et une black list de sites interdits pour contourner le piratage des oeuvres protégées par le droit d’auteur. Ou comment verrouiller le formidable outil d’expression qu’est internet. Voici les conclusions de l’article :

– L’Hadopi, c’est le marquage des œuvres,

– Hadopi c’est le filtrage rampant, possible juridiquement à n’importe quel niveau du réseau,

– L’Hadopi c’est la labellisation des sites dans les hotspots WiFi, un internet blacklisté sur ces mêmes hotspots…

– L’Hadopi, c’est aussi des mesures de surveillance des œuvres sur les réseaux avec contrôle à distance ou accès aux données personnelles encadré d’une simple procédure déclarative (et non plus d’autorisations)

– L’Hadopip c’est l’absence de contraintes administratives sur les éditeurs de solution de sécurisation dans la fourniture du code source de leurs logiciels de surveillance ou de traçage.

– L’Hadopi c’est enfin l’absence d’interopérabilité entre les outils de sécurisation

– L’Hadopi, c’est l’assurance d’avoir des éditeurs qui vont pouvoir imposer dans les faits des solutions payantes aux abonnés pris de paniques par la peur de la suspension.

Affligeant. Le tout sécuritaire nous promet une société conformiste et apathique telle que l’ont décrit Aldous Huxley ou George Orwell, ces visionnaires de génie dont on devrait relire les oeuvres flamboyantes.

http://fr.news.yahoo.com/16/20090224/ttc-le-filtrage-cheval-de-troie-du-proje-c2f7783.html

Nicolas

Une Réponse to “Filtrage du web”

  1. larocheauxloups Says:

    Quand on sait que les grands distributeurs genre Virgin sont capables de créer des sites de téléchargement gratos, je crois, uniquement financés par la pub qui passe dessus…
    Quand on sait que l’époque de piratage informatique que l’on vit n’empêche pas des films comme Bienvenus chez les ch’tis de totaliser 10 millions d’entrées salle parce-que les spectateurs répondent toujours présent quand le sujet leur plaît ou qu’il est de qualité.
    Nous ne vivons pas tant une époque de piratage qu’une époque de double langage très pratique pour le verrouillage de plus en plus resserré des libertés individuelles au profit de la logique du « crache-ta-tune » ou encore du « un-euro=un-franc-dentaface ». Et la loi Informatique et libertés, dans tout ce fatras?
    Ce modèle politico-économique commence à coûter bien cher au citoyen moyen (comme en Martinique ou en Grèce) et cela risque de lui en coûter s’il ne décide pas de se remettre en question.
    Mais, d’ailleurs, que peut-on bien encore attendre de pseudo hommes politiques aussi dénués d’imagination? Aussi « rustiniens »?

    Franck.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :