L’hyperprésidence française

Analyse très instructive de la méthode Sarkozy : un hyperprésident sur tous les fronts qui court-circuite son gouvernement et malmène l’Administration avec ses méthodes expéditives. Evidemment tout le monde râle, les ministres veulent la sécurité de l’emploi, l’Administration veut être tranquille et ne pas changer, et personne n’admet que le président puisse tout faire. Et si le modèle actuel était à changer ?

Au lieu de critiquer en bloc la méthode Sarkozy, pas pire que les précédentes alors qu’il n’y avait pas de crise financière et économique mondiale, pourquoi ne pas aller jusqu’au bout de ses idées pour voir si elles sont viables ? L’article nous apprend que les conseillers de Sarkozy ont plus de pouvoir que le gouvernement. Quand on voit l’inutilité de Fillon, autant supprimer Matignon, ce double échelon du pouvoir bien embarassant (cf Chirac contre Jospin par exemple), et donner un régime présidentiel plus souple à la France, avec conseillers et représentants extérieurs ayant vraiment du pouvoir (et de la considération de la part du président).

Allons plus loin : pourquoi s’embarrasser d’un double Parlement qui coûte une fortune et fait perdre beaucoup de temps à la mise en place des réformes ? Après tout, les Français ont décapité leur roi en un Oedipe mal digéré, n’est-ce pas pour revenir à une monarchie moderne, une monarchie au suffrage universel ? Elisons l’exécutif local (maire et prédidents de région), occupons-nous du local qui reportera au national, à une présidence puissante. Simplicité et souplesse. Utopie ?

http://www.lemonde.fr/politique/article/2009/02/27/l-hyperpresidence-de-nicolas-sarkozy-suscite-des-critiques-grandissantes-dans-son-camp_1161149_823448.html#ens_id=1136794

Nicolas

Une Réponse to “L’hyperprésidence française”

  1. larocheauxloups Says:

    Trois choses indispensables pour éviter l’asservissement des Etats de Droit, entités supra individuelles nés d’une réflexion humaniste et philosophique, aux mécanismes économiques dictés seulement par une étroite caste « économico-peopolesque »:

    1) pouvoir de de discussion et de décision aux administrés pour ne surtout pas laisser çà dans les mains d’un seul (on voit bien que çà ne donne rien), car nous seuls sommes en mesure de savoir ce qui est bon pour nous. Avec possibilité, à tout moment d’intervenir auprès d’un élu pour lui demander des comptes. Ce qui suppose d’intégrer toutes les sensibilités à ce débat commun, des racistes les plus obtus aux SDF les plus mal lotis.

    2) direction d’un état (ou d’une gouvernance mondiale) par un Conseil de Sages non hiérarchisé faisant montre d’un minimum de conscience altruiste. Ce Conseil viserait à canaliser les idées dominantes issues des débats citoyens locaux (dans tous les domaines) pour les appliquer concrètement en fonction des aspirations qui se dégagent. Reste, évidemment, à définir la notion de « Sage ». Avec bien sûr, des représentant et porte paroles pour donner un visage à tout çà sur la scène mondiale.

    3) Redonner à l’argent une origine publique, contrôlable et ainsi endiguer la création de crises chroniques, qui, si elles ne sont pas forcément provoquées, servent de prétexte aux serrages de vis toujours plus marqués. Ne se servir de l’argent que comme vecteur d’échange et pas plus.

    Et je finirais par une citation de l’un des sept Sages de la Grèce antique, à l’origine de la démocratie:

    « Je décrète comme criminel tout citoyen se désintéressant du débat Public ».
    Solon

    A méditer, par les temps qui courent…

    Franck.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :