Comment Sarkozy a mis le feu aux universités

Très bonne analyse , sur le site de Marianne, de la grève des universités, par Edouard Husson, professeur d’université et chercheur, expliquant les causes profondes de ce mouvement social qui prend de l’ampleur. Suite à la traîtrise de Sarkozy envers son gouvernement en 2006 (il est habitué) et son cynisme politique (bah c’est un politicien), son plan de modernisation des universités aurait pu marcher s’il n’avait bafoué la recherche universitaire lors d’un discours profondément humiliant qui a hérissé tout le corps professoral.

Mais ne nous faisons pas d’illusions, c’est le président qui a la clé de la résolution du conflit. Il a insulté les chercheurs; il devra se mettre à leur parler avec égards. Il devra surtout commencer à regarder ce qui se passe vraiment aux Etats-Unis. Contrairement à ce que croit un Sarkozy, dont la connaissance de la réalité américaine est inversement proportionnelle à l’admiration qu’il professe pour ce pays, l’Etat y investit massivement dans l’enseignement supérieur et la recherche. Si Sarkozy était vraiment aussi «américain» qu’il le dit et que le croient ses opposants, il proposerait un effort massif d’investissement dans les sciences humaines – élément-clé de la stratégie globale d’un pays au même titre que les investissements technologiques. Si les Etats-Unis ont pu impose leur volonté au reste du monde ces quarante dernières années, c’est autant à leurs philosophes et leurs historiens, qui ont peuplé, depuis Kennedy, les bureaux de la Maison Blanche, qu’ils le doivent, qu’à leurs ingénieurs et leurs économistes.
Il y a là une immense tâche qui pourrait rassembler le pays: réfléchir aux priorités d’investissement dans le système français d’enseignement supérieur. Identifier ce qui peut relever d’un financement privé et ce que l’Etat doit assumer. Evidemment, cela signifie que l’occupant de l’Elysée cesse de penser que l’étude et l’enseignement de la littérature ancienne ne doivent plus être financées car ils sont inutiles – il n’a pas entendu parler du débat sur «l’empire romain»   aux Etats-Unis depuis le 11 septembre; il ne sait pas non plus que dans les pays anglo-saxons, en Suisse ou en Allemagne, le mécénat privé est massif pour l’étude de l’Antiquité.
Notre hyper-président pourra-t-il s’excuser et reprendre le travail de modernisation qu’il a lui-même initié ? J’en doute, vu son mépris et son manque de culture. Pourtant les universités françaises en ont terriblement besoin.
Nicolas

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :