Dévacances d’été

L’inégalité des Français face aux vacances était déjà flagrant ces dernières années, mais la crise accentue ce phénomène. C’est la débandade. La «dévacance». A en croire les prévisions d’Ipsos, près d’un Français sur deux (51 %, précisément) ne partira pas. Même l’auteur de l’étude, Jean-François Doridot, avoue être surpris par l’ampleur de ce résultat. L’été sera long en 2009. Qui pourra se payer des vacances en bonne et due forme, comme l’indique le mythe de la consommation ? Qui partira en Guadeloupe, au Maroc ou au Viet Nam comme le demandent toutes les affiches qui fleurissent dans la rue, le métro ou les magazines ?Va-t-on aussi parler de décroissance des vacances ? De voyager autrement, moins loin, ou plus lentement ? A la faveur d’une crise mondiale, le tourisme pas cher montre-t-il enfin son vrai visage : consommer des kilomètres et du soleil pour s’acheter un statut social ? Comme la voiture, la maison, les fringues… Tiens, tout ce qui fait la consommation. Étonnant, non ?

Nicolas

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :