Sarko, fils caché de Georges Marchais

Marianne édite un article singulier, écrit par un blogueur, qui analyse la nouvelle façon de parler de notre hyper-président, censée être plus populaire, pour se rapprocher justement de la classe ouvrière. Virant notamment toutes les négations, Sarkozy est presque une caricature, imitant deux Georges célèbres qui ont utilisé cette technique pour toucher leurs cibles : Marchais et W Bush. L’auteur, Antidote, retourne en arrière sur le contexte de ces deux Georges et le pourquoi de leur réussite éclatante en manière de communication politique. Et pourquoi Sarko 1er risque de se saborder en faisant de même.

La stratégie des deux George(s) semble donc inopérante pour Nicolas Sarkozy. D’autant qu’elle n’est guère cohérente avec sa politique. Si le thème de l’insécurité le rapproche des classes populaires, il s’en éloigne sur les choix sociétaux. Et ses choix en matière économique et sociale, qui ne remettent pas en cause la jungle libre-échangiste, au mépris de sa campagne électorale qui fustigeait les délocalisations et l’euro cher, ont consommé un divorce avec les ouvriers. Ce n’est pas en singeant – mal – le « populo » que Nicolas Sarkozy pourra effacer cette cruelle réalité.

Guaino, scribouillard de Sarkozy, est-il à la peine ? Berlusconi est-il le nouveau modèle de notre hyper-président décomplexé ? En tout cas, le populisme remonte en flèche en ces temps troublés de débâcle financière mondiale, parallèlement au protectionnisme. Sale temps pour l’ultra-libéralisme.

Nicolas

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :