Petits secrets entre amis

Sur le site Mondialisation.ca, William Engdahl décortique les accointances de Tim Geithner, architecte du plan de sauvetage des banques américaines par le gouvernement Obama. Des milliards de dollars déversés sur 5 banques qui veulent rester en lice, au mépris de toutes les autres qui doivent fermer. Geithner ne veut rien d’autre que la création d’un monopole à 5 têtes, prélude à la création d’une gouvernance mondiale court-circuitant l’ONU, en parallèle à l’armée mondiale en la personne de l’OTAN. Paranoïa ? Geithner était l’assistant de Lary Summers sous l’administration Clinton dans les années 90, ce dernier étant depuis devenu conseiller économique en chef  de Obama.

Leurs actions d’alors ? La légifération au bénéfice de Wall Street et des vampires banquiers. Une loi importante abrogeait le Glass-Steagall Act de 1933, adopté durant la Grande Dépression, interdisant la fusion entre les banques commerciales, les compagnies d’assurances et les firmes de courtage telles que Merrill Lynch ou Goldman Sachs. Une autre loi soutenue par le secrétaire au Trésor Larry Summers en 2000 était l’obscure, mais cruciale Commodity Futures Modernization Act (CFMA). Cette loi empêchait l’organisme gouvernemental de réglementation, la Commodity Futures Trading Corporation (CFTC) [Commission du commerce à terme des marchandises], de superviser le commerce des instruments financiers dérivés. La nouvelle loi CFMA stipulait que ce que l’on appelle communément les dérivés négociés hors bourse, comme les swaps sur défaillance en cause dans le désastre des assurances de AIG (que Warren Buffett a déjà qualifiés d’armes de destruction financière massive), ne soient pas réglementés par le gouvernement.

Tout est plus clair quand on connaît les relations, les causes antérieures, l’Histoire, les liens… D’où l’importance des archives, pour ne rien oublier. La censure moderne par le trop plein d’informations ne marche que trop bien, on oublie vite les éléments secondaires qui peuvent devenir importants plus tard. Un article saisissant qui met en lumière la réalité crue du plan de sauvetage US. De l’argent pour les plus gros, pendant ce temps des dizaines de petites banques ferment. Et en Europe, quelle est la réalité des sauvetages des banques ?

Nicolas

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :