Déjà-vu argentin

Contre-Info rapporte : En Argentine, le mouvement de reprise d’entreprises par leurs salariés, qui avait vu le jour après l’effondrement économique de 2001, connaît un renouveau depuis quelques mois. De nombreux salariés de firmes en faillite ont choisi de se battre et de sauvegarder leur emploi en relançant l’activité sous forme de coopérative ouvrière. Emblème de ce mouvement, le luxueux Hôtel Bauen de Buenos Aires, occupé par ses employés en 2003 après sa fermeture, est aujourd’hui devenu une entreprise rentable qui emploie 150 personnes.

Le système D dans toute sa splendeur, quand il faut se démerder pour (sur)vivre alors que les propriétaires fuient courageusement. Un mouvement social passionnant et intéressant, qui bénéficie de plusieurs années de recul, bien utile pour nos vieilles économies qui risquent de vivre le même symptôme parmi les petites entreprises si la crise persiste. A voir le documentaire co-réalisé par Naomi Klein en 2004, The Take, sur l’aventure d’ouvriers reprenant en main une usine de carrelage. Leçon d’auto-gestion.

Nicolas

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :