Pillage bancaire

Analyse passionnante chez Contre Info des origines de la crise économique actuelle par un journaliste du NY Times :

En 1996, deux économistes avaient publié une étude, intitulée avec une charmante simplicité : « le pillage ».

Les auteurs étaient George Akerlof, qui allait plus tard se voir décerner un prix Nobel, et Paul Romer, un expert renommé de la croissance économique. Dans cette publication, ils affirmaient que plusieurs crises financières ayant eu lieu dans les années 1980, comme par exemple la bulle immobilière texane, avaient été provoquées par des investisseurs privés qui s’étaient servi du gouvernement. Ces investisseurs avaient emprunté d’énormes sommes d’argent, fait de grands profits lorsque les affaires allaient bien, puis s’étaient défaussés sur le gouvernement pour les pertes prévisibles qui s’ensuivraient.

En un mot, ces investisseurs s’étaient livrés au pillage. Quelqu’un essayant de réaliser honnêtement un profit, s’y serait pris d’une toute autre manière, expliquaient les professeurs Akerlof et Romer. Ces investisseurs avaient fait preuve d’un « mépris total pour les principes les plus fondamentaux de l’activité de prêt », en ne vérifiant pas les informations de base sur leurs emprunteurs ou, dans certains cas, en ne demandant même pas qu’elles leur soient communiquées.

Ces investisseurs « ont agi comme si les pertes futures étaient le problème de quelqu’un d’autre », observaient-ils, avant de conclure qu’« ils avaient raison. »

Le pillage pur et simple des fonds publiques à venir, dans une atmosphère d’impunité totale qui fait froid dans le dos. Pire que les méthodes mafieuses sans leurs inconvénients (meurtres, …). Des causes connues dès le début donc, et qui recommenceront si rien ne change. Et rien ne change, par manque de volonté politique. Les USA ont une responsabilité énorme sur l’économie mondiale, depuis la fin de l’équivalence dollar-or unilatéralement décidée par Nixon en 1975 et la décompartimentation des banques de commerce et de spéculation dans les années 1990. Ils ont imposé un système qui s’effondre sur lui-même et que le monde entier doit soutenir sous peine d’anéantissement de toutes les économies. Un retour en arrière impensable qui force les gouvernements à financer à perte le renflouement des organisme bancaires tous reliés. L’irresponsabilité des banques et des politiques bancaires est hallucinant, le regard rétrospectif sur cette crise dans plusieurs années sera dur et cruel quant aux responsabilités. La génération de la honte.

Nicolas

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :