Surveillant de prison, la triste réalité

Rue 89 propose le témoignage terrible de Ahmed, surveillant de prison à Fresnes. Devenu fonctionnaire pour la sécurité de l’emploi après un licenciement économique dans l’horlogerie suisse, Ahmed raconte son travail, son quotidien, la surcharge de détenus, le boulot usant, les conditions d’incarcération (4 détenus dans une cellule), les suicides (record français…), les pressions de la direction pour supprimer des primes vitales. Un état des lieux dur et cru qui met en lumière les conditions de travail difficiles des surveillants de prison, en lutte pour plus de moyens dans une France à court d’argent qui taille dans tous les budgets pour limiter sa dette publique abyssale. Constat alarmant. Et si le gouvernement s’occupait des vrais problèmes ?

Nicolas

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :