Le bois, l’avenir de la France

Reuters raconte : Nicolas Sarkozy a dévoilé une série de mesures pour promouvoir l’utilisation du bois dans la construction et l’énergie afin de mieux exploiter « cette gigantesque source de croissance durable ».

La première, la création d’un fonds spécial, répond au souci de moderniser un secteur éclaté : sur les 2.000 scieries françaises, 300 assurent plus de 85% de la production nationale et aucune ne figure parmi les 20 plus grandes unités d’Europe.

Le développement de l’utilisation du bois comme matériau de construction en est une autre. Pour ce faire, le seuil minimum d’utilisation du bois dans les constructions neuves sera multiplié par dix dès 2010 et l’Etat s’engage à promouvoir la certification et l’emploi de bois certifié dans les constructions publiques.

Une autre mesure allant dans le même sens est l’exemption de dépôt de permis de construire pour toute réalisation d’une isolation extérieure en bois, une simple déclaration préalable étant suffisante. Le chef de l’Etat a annoncé que les tarifs d’achat obligatoire de l’électricité produite par des unités de cogénération utilisant du bois, en moyenne de 50 euros/MWh, seront doublés, « voire triplés si nécessaires ».

[…] Nicolas Sarkozy a souligné que plus du tiers de cet effort devait provenir de la filière bois à elle seule, « soit l’équivalent de l’énergie produite par six centrales nucléaires ». Pour y parvenir, la production annuelle de la France devra augmenter d’ici là de 21 millions de mètres cubes.

Faisant enfin le constat que 70% de la forêt française est dans les mains de propriétaires privés, il a annoncé que l’ensemble des aides publiques et des allègements fiscaux dont ils bénéficient seraient conditionnés dès 2010 à l’exploitation effective de leurs bois. L’Office national des forêts (ONF) pourra, dans le respect de la concurrence, proposer un mandat de gestion renouvelable annuellement à ceux qui n’exploitent pas leur patrimoine.

Malheureusement, une tendance lourde d’exploitation des forêts risque de provoquer une déforestation sauvage de ces précieuses forêts tant malmenées, qui n’ont de forêt que le nom tant elles sont aseptisées, propres, au carré. Des forêts humaines, contrôlées. Heureusement, la vie s’adapte à tout et continue d’habiter les forêts « organisées et exploitées ». Vouloir remplacer 6 centrales nucléaires me paraît tout à fait improbable par contre. Des propositions fourre-tout peu convaincantes.

Nicolas

Une Réponse to “Le bois, l’avenir de la France”

  1. larocheauxloups Says:

    On voit surtout où çà veut en venir et ce qui se cache derrière: l’absorption de petites unités de fabrication en plus grosses usines pour « paraître » dans les unités les plus lourdes d’Europe. De grosses usines automatisées où on va encore sous payer de pauvres clampins sans diplômes pour du travail encore plus mécanique et « assoupli » au maximum. On a pas vraiment besoin de çà, la production nationale actuelle se débrouille très bien sans ces mesures décrétées du jour au lendemain.
    Le bois, encore un pseudo El Dorado brandit comme un prétexte en cette période de politiques écologiques alors qu’on entrevoit juste un moyen d’arriver à un fort potentiel de « croissance ». Ils n’ont que ce mot là à la bouche. 21 millions de tonnes de plus de bois à produire chaque année, mais comment on va faire?
    Vraiment, développer une vision politique aussi rachitique, pauvre France…

    Franck.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :