Etonnante Nature

Futura-Sciences rapporte : A la surprise générale, une équipe de paléontologues australiens vient de mettre en évidence, après une minutieuse analyse d’un fossile, un embryon à l’intérieur du corps de sa mère. Mais il s’agit d’un poisson et, qui plus est, vieux de 380 millions d’années !

Nouvelle incroyable qui repousse de 200 millions d’années la première viviparité. La surprise était grande car personne ne soupçonnait une viviparité chez les placodermes. Caractéristique remarquable des mammifères (ornithorynques et échidnés mis à part, car ils pondent des œufs), la rétention de l’embryon dans le corps de la femelle se rencontre chez des sélaciens (requins et raies), quelques serpents, un lézard  et même des crapauds. Manifestement, cette façon de mettre au monde a été inventée plusieurs fois à différentes époques, avec des variantes. Qu’en pensent les néo-darwinistes ? Pourquoi garder en rétention un embryon alors qu’il est plus simple de pondre de nombreux oeufs ? Les stratégies animales sont vraiment stupéfiantes.

Nicolas

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :