Le Vénézuela interdit le Coca Zéro

L’Express rapporte cette information réjouissante :

Le gouvernement vénézuélien a annoncé mercredi l’interdiction à la vente du Coca-Cola Zero, évoquant des dangers pour la santé.

« Le produit doit être retiré de la circulation pour préserver la santé des Vénézuéliens« , a déclaré le ministre de la Santé Jesus Mantilla, selon des propos rapportés par l’agence de presse officielle. L’analyse de ses ingrédients est en cours, a-t-il dit.

Le groupe Coca-Cola a déclaré que le Coke Zero, qui est mis en vente depuis avril au Venezuela, ne contenait aucun ingrédient nocif mais qu’il allait cesser sa production dans le pays et retirer le produit des rayons le temps de l’enquête.

Le Venezuela, dont le président Hugo Chavez prône la révolution socialiste et critique sans relâche les Etats-Unis, est aussi un pays à forte empreinte culturelle américaine, où les chaînes de fast-food, les grands centres commerciaux et le baseball sont très populaires.

Coca fait pas le malin au Vénézuela, et retire docilement ses produits. Quelque chose à se reprocher ? Peur du Chavez, la grande gueule qui tient tête à l’hyper-puissance américaine ? Ca n’arriverait pas en Europe cette histoire…

Nicolas

Une Réponse to “Le Vénézuela interdit le Coca Zéro”

  1. larocheauxloups Says:

    Trop marrant l’attitude de ce pays vis-à-vis des grands groupes et du ventre mou consensuel qui englue le monde depuis 50 ans, hé, hé…
    C’est pas Sarkoléon le Petit qui contredira la Grande Marche du « Nouvel Ordre Mondial » inégalitaire (encensé tous les jours par les MMAV).
    Et la réalité du pouvoir des masses (par l’intermédiaire de leurs élus) est de pouvoir aussi décider de préserver la santé publique avant tout autre « raison supérieure ».
    La vérité est ici: un pays entier qui arrête de consommer la chimie dégueulasse de grands groupes comme çà ne serait-ce que pendant un mois, ou même 15 jours, et le géant au pied d’argile vacille. Le moindre manque à gagner et c’est la fin des haricots.
    C’est simple à comprendre mais la théâtralisation constante de la réalité par la mercantilisme publicitaire nous pousse à croire « qu’on-ne-peut-rien-y-faire » ou encore « que-cé-kaum-ssa », alors qu’il n’en est rien. Cette hégémonie est artificiellement entretenue par des budgets de com audiovisuelle qui, s’ils étaient utilisés vers les pays du Tiers monde, feraient sûrement de cette planète un monde meilleur (ou s’efforçant de l’être) en améliorant la condition des plus démunis.
    Info intéressante, en tous cas, que cette décision de l’administration Chavez. Comme quoi, il n’y a pas de fatalité, tout est question de croyance(s) et/ou de volonté.

    Franck.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :