Elevage industriel = bombe sanitaire

Article passionnant de Laure Pouliquen sur les élevages industriels d’animaux :

Face à un risque d’épidémie voire de pandémie d’une nouvelle forme de grippe mutante, manifestement plus virulente que les grippes habituelles, il est légitime que les pouvoirs publics s’attachent, dans un premier temps, à mettre en place des dispositifs destinés à limiter la propagation de la maladie.

Mais comment ces dispositifs pourraient-ils être efficaces à long terme si les institutions nationales et internationales ne s’interrogent pas sur tout ce qui peut favoriser les mutations dangereuses des virus compatibles avec l’espèce humaine ? Nous ne pouvons pas nous contenter de  » gérer la crise « , en attendant les suivantes. Nous avons au contraire la responsabilité directe de mettre fin aux dérives meurtrières de l’élevage industriel et hors sol, si aseptisé qu’il constitue un dangereux réceptacle reproducteur et multiplicateur pour de nouvelles formes de virus et de bactéries résistantes aux antibiotiques.

Les élevages industriels de porcs et de volailles sont de véritables bombes sanitaires à retardement, au même titre que des bouteilles de gaz dans un incendie, et leur éradication est aussi urgente pour l’humanité que celle de l’arsenal de telle ou telle dictature. Le choix d’élevages hors sol et de logiques industrielles implique nécessairement de forts risques pathogènes. En effet, animaux et humains ne peuvent survivre dans ces conditions qu’en recourant à une panoplie pharmaceutique considérable : tout éleveur industriel de volailles ou de porcs doit soumettre ses animaux à des traitements antibiotiques pratiquement continus, d’autant plus forts que la concentration et le stress des animaux sont importants. Qui oserait nier que de telles conditions favorisent la mutation adaptative constante des virus et des bactéries ? Il n’est guère surprenant qu’une étude de l’Inserm (Aubry-Damon et coll.) ait montré récemment la présence de bactéries résistantes aux antibiotiques chez les salariés d’élevages industriels de porcs.

Manger mois de viande, et uniquement de qualité (élevage en plein air, achat direct au producteur sur les marchés, cuisson douce), et boycotter totalement cette viande d’élevage de si mauvaise qualité nutritionnelle.

Nicolas

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :