Internet & éducation

Des règles simples proposées par Jean-Michel Planche pour une bonne utilisation d’internet sans être incessamment bridés et obligés par le gouvernement et ses lois. Très intéressant.

  1. La neutralité de l’Internet est un sujet sérieux. Il faut la préserver à tout prix. Toute personne doit être capable de créer et d’accéder aux contenus et aux services de son choix. La limitation ne doit pas venir de l’infrastructure mais d’un moyen donné au citoyen pour qu’il puisse ENFIN sécuriser SÉRIEUSEMENT son accès Internet en permettant de respecter la loi Française et sa propre moralité.

  2. Le filtrage est un sujet sérieux. Le filtrage est nécessaire pour des raisons généralement techniques. Les opérateurs le pratiquant doivent OBLIGATOIREMENT indiquer ce qu’ils sont susceptibles de faire et jusqu’où ils souhaitent aller. Ainsi leurs clients pourront les choisir en toute connaissance de cause.
    Dans le cas où l’opérateur filtre des services, il est obligatoire que l’utilisateur final puisse surpasser ce filtrage, par une action volontaire et éclairée. (cas du SMTP par exemple)

  3. L’identification par adresse IP « variable » est beaucoup trop sujette à caution. Nous devons généraliser IPV6 et un adressage fixe, où chaque abonné pourra avoir son propre bloc d’adresse et où un début de présomption de quelque chose pourra être alors envisagé. Ceci facilitera d’ailleurs l’installation de règles de sécurité pour l’utilisateur final.

  4. L’Hadopi a tenté de nous punir pour défaut de sécurisation de son accès Internet, sans penser, que nous n’avons AUCUN MOYEN DE SECURISER LE DIT ACCES. Nous devons avoir plus de contrôle sur notre accès Internet et pouvoir filtrer nous même contenus et services qui ne nous conviennent pas, en fonction de profils de nos utilisateurs. Nous devons nous même avoir les moyens de respecter la loi, ce n’est pas au ministère de l’intérieur de gérer ce sujet, extrêmement sensible, pour nous.

  5. La lutte contre la pédophilie est une chose sérieuse et ce n’est pas en filtrant l’accès des sites délictueux à l’étranger que nos enfants seront plus en sécurité. Nous devons réellement lutter contre cette monstruosité par les bons cotés et non par le milieu (l’Internet) : A/ les pédophiles : nous devons donner plus de moyens à ceux qui sont chargés de les traquer et de les arrêter et devons provoquer une peur latente chez eux qui seule pourra freiner leurs ardeurs. B/ les enfants : l’essentiel passe par l’éducation et des moyens conséquents doivent être donnés aux associations compétentes, tout en ayant une forte présence dans l’éducation nationale !

  6. La licence globale : il faut arrêter d’opposer les clans et de monter les uns contre les autres. Il est temps de comprendre que la création et la « consommation » sont de nature USER CENTRIC. Les tentatives NETWORK CENTRIC de certains sont des essais vains de conserver d’anciens monopoles et de monétiser le plus cher possible de la rareté alors que nous visons exactement l’inverse, les uns, les autres : nous voulons une abondance de contenus et de services et les auteurs veulent un maximum de clients potentiels. Tant que l’on n’aura pas la certitude que l’argent de celui qui consomme va au bon endroit, nous sommes dans l’illusion du passé. Tant que l’on travaillera par la force et l’obligation, l’opposition continuera et les pirates ne cesseront de proliférer. Nous devons aller vers un modèle respectueux et VOLONTAIRE.

  7. L’anonymat est un sujet sérieux et il faut le traiter avec un peu de connaissance et de recul et arrêter les annonces péremptoires.  Oui, il y a un sujet et oui … le monde de l’Internet a déjà traité ces sujets avec l’arrêt de services déviants par exemple (anon.pene) et la possibilité de certifier son identité (PGP …). Par ailleurs, il faut savoir que beaucoup de services vont aujourd’hui bien plus loin que l’identité pure (jusqu’à la réputation par exemple) et qu’ils sont très utiles et non systématiquement à combattre comme je l’entends trop. Nous ne sommes pas dans le far-west, que certains espèrent. Avant de formuler des propositions, il serait souhaitable que les instigateurs aient une meilleure connaissance du sujet. Par exemple en suivant au jour le jour l’état de l’art Internet et les travaux de la Fing avec ce groupe. Avant, ce n’est pas la peine de discuter, l’écart est trop grand, quant aux objectifs, je m’interroge encore.
    Sinon nous risquons de nous voir imposer un système inefficace, qui ne fasse qu’augmenter la dé-responsabilisation générale et accoucher d’un monstre encore plus difficile à contrôler et réguler que le dispositif actuel.

  8. L’Internet est absolument indispensable au virage « numérique » de notre société. L’Internet n’est pas un réseau de diffusion et ne doit pas être pensé et réfléchi comme tel.
    L’Internet est fait de règles de bon sens ET d’infrastructures. Nous devons nous doter de ces règles, mais nous devons aussi nous doter d’une infrastructure de qualité, qui participera à la compétitivité et à l‘attractivité de notre territoire.
    Une infrastructure est un mixte entre des moyens techniques (réseau très haut débit, desserte fibre optique jusqu’à l’abonné, capacités d’hébergements, capacités de calculs et de stockage …) et de compétences humaines.
    Les règles sont simples : NEUTRALITE, OUVERTURE, SYMETRIE DES DEBITS et TRES HAUT DEBIT POUR TOUS .
  1. La neutralité de l’Internet est un sujet sérieux. Il faut la préserver à tout prix. Toute personne doit être capable de créer et d’accéder aux contenus et aux services de son choix. La limitation ne doit pas venir de l’infrastructure mais d’un moyen donné au citoyen pour qu’il puisse ENFIN sécuriser SÉRIEUSEMENT son accès Internet en permettant de respecter la loi Française et sa propre moralité.

  2. Le filtrage est un sujet sérieux. Le filtrage est nécessaire pour des raisons généralement techniques. Les opérateurs le pratiquant doivent OBLIGATOIREMENT indiquer ce qu’ils sont susceptibles de faire et jusqu’où ils souhaitent aller. Ainsi leurs clients pourront les choisir en toute connaissance de cause.
    Dans le cas où l’opérateur filtre des services, il est obligatoire que l’utilisateur final puisse surpasser ce filtrage, par une action volontaire et éclairée. (cas du SMTP par exemple)

  3. L’identification par adresse IP « variable » est beaucoup trop sujette à caution. Nous devons généraliser IPV6 et un adressage fixe, où chaque abonné pourra avoir son propre bloc d’adresse et où un début de présomption de quelque chose pourra être alors envisagé. Ceci facilitera d’ailleurs l’installation de règles de sécurité pour l’utilisateur final.

  4. L’Hadopi a tenté de nous punir pour défaut de sécurisation de son accès Internet, sans penser, que nous n’avons AUCUN MOYEN DE SECURISER LE DIT ACCES. Nous devons avoir plus de contrôle sur notre accès Internet et pouvoir filtrer nous même contenus et services qui ne nous conviennent pas, en fonction de profils de nos utilisateurs. Nous devons nous même avoir les moyens de respecter la loi, ce n’est pas au ministère de l’intérieur de gérer ce sujet, extrêmement sensible, pour nous.

  5. La lutte contre la pédophilie est une chose sérieuse et ce n’est pas en filtrant l’accès des sites délictueux à l’étranger que nos enfants seront plus en sécurité. Nous devons réellement lutter contre cette monstruosité par les bons cotés et non par le milieu (l’Internet) : A/ les pédophiles : nous devons donner plus de moyens à ceux qui sont chargés de les traquer et de les arrêter et devons provoquer une peur latente chez eux qui seule pourra freiner leurs ardeurs. B/ les enfants : l’essentiel passe par l’éducation et des moyens conséquents doivent être donnés aux associations compétentes, tout en ayant une forte présence dans l’éducation nationale !

  6. La licence globale : il faut arrêter d’opposer les clans et de monter les uns contre les autres. Il est temps de comprendre que la création et la « consommation » sont de nature USER CENTRIC. Les tentatives NETWORK CENTRIC de certains sont des essais vains de conserver d’anciens monopoles et de monétiser le plus cher possible de la rareté alors que nous visons exactement l’inverse, les uns, les autres : nous voulons une abondance de contenus et de services et les auteurs veulent un maximum de clients potentiels. Tant que l’on n’aura pas la certitude que l’argent de celui qui consomme va au bon endroit, nous sommes dans l’illusion du passé. Tant que l’on travaillera par la force et l’obligation, l’opposition continuera et les pirates ne cesseront de proliférer. Nous devons aller vers un modèle respectueux et VOLONTAIRE.

  7. L’anonymat est un sujet sérieux et il faut le traiter avec un peu de connaissance et de recul et arrêter les annonces péremptoires.  Oui, il y a un sujet et oui … le monde de l’Internet a déjà traité ces sujets avec l’arrêt de services déviants par exemple (anon.pene) et la possibilité de certifier son identité (PGP …). Par ailleurs, il faut savoir que beaucoup de services vont aujourd’hui bien plus loin que l’identité pure (jusqu’à la réputation par exemple) et qu’ils sont très utiles et non systématiquement à combattre comme je l’entends trop. Nous ne sommes pas dans le far-west, que certains espèrent. Avant de formuler des propositions, il serait souhaitable que les instigateurs aient une meilleure connaissance du sujet. Par exemple en suivant au jour le jour l’état de l’art Internet et les travaux de la Fing avec ce groupe. Avant, ce n’est pas la peine de discuter, l’écart est trop grand, quant aux objectifs, je m’interroge encore.
    Sinon nous risquons de nous voir imposer un système inefficace, qui ne fasse qu’augmenter la dé-responsabilisation générale et accoucher d’un monstre encore plus difficile à contrôler et réguler que le dispositif actuel.

  8. L’Internet est absolument indispensable au virage « numérique » de notre société. L’Internet n’est pas un réseau de diffusion et ne doit pas être pensé et réfléchi comme tel.
    L’Internet est fait de règles de bon sens ET d’infrastructures. Nous devons nous doter de ces règles, mais nous devons aussi nous doter d’une infrastructure de qualité, qui participera à la compétitivité et à l‘attractivité de notre territoire.
    Une infrastructure est un mixte entre des moyens techniques (réseau très haut débit, desserte fibre optique jusqu’à l’abonné, capacités d’hébergements, capacités de calculs et de stockage …) et de compétences humaines.
    Les règles sont simples : NEUTRALITE, OUVERTURE, SYMETRIE DES DEBITS et TRES HAUT DEBIT POUR TOUS .

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :