Le dieu cosmique

couv dieu cosmique

Ce livre est un prolongement de la série radiophonique « A la recherche du Dieu d’Einstein », animée par Jacques Languirand et diffusée sur la Première chaîne de Radio-Canada (2005-2006). Les auteurs cherchent à préciser en quoi consiste ce sentiment religieux dont parlait Einstein et quel est ce Dieu auquel il disait croire. Mais Einstein est aussi pour eux le symbole de tous ces scientifiques et philosophes modernes et contemporains qui sont en quête d’une religiosité et d’un Dieu qui puissent s’harmoniser avec leur démarche fondée sur la raison. Analysant la pensée de plusieurs d’entre eux et parmi les plus grands, les auteurs dégagent les principaux traits d’une « religion naturelle » et d’un « Dieu cosmique » qui pourraient bien être une nourriture pour toute quête spirituelle personnelle et une source à retrouver pour toute religion institutionnelle.

Ce livre est écrit à 4 mains, par un communicateur et un philosophe théologien, sous de bons hospices intellectuels donc. Un livre somme, un coup de poing qui va droit à l’âme et l’esprit du lecteur, une passionnante réflexion sur le principe divin, appelé dieu par commodité, parmi les philosophes et les scientifiques qui ont influencé et nourri le grand Einstein. On ne présente plus le personnage, qui a révolutionné la science moderne au début du siècle dernier, archétype du génie scientifique. On connaît moins le savant ouvert à la philosophie, fortement touché par Spinoza, le philosophe juif hollandais, grand penseur du 17° siècle. Les auteurs déroulent donc les sphères d’influence autour d’Einstein, depuis la Renaissance et les Lumières jusqu’aux philosophes contemporains, pour essayer de dégager les principes du Dieu cosmique et de la religion cosmique, laïcs et spirituels.

Ce qu’il y a de formidable dans ce livre, ce sont les citations d’Einstein qui émaillent les chapitres, permettant de bien comprendre sa pensée et ses réflexions à partir des matériaux étudiés :

« La religion cosmique est le mobile le plus puissant et le plus généreux de la recherche scientifique »

« Quand je porte un jugement sur une théorie, je me demande si, dans l’hypothèse où je serais Dieu, j’aurais aménagé le monde de cette manière-là »

« Trois idéaux ont éclairé ma route et m’ont souvent redonné le courage d’affronter la vie avec optimisme : la bonté, la beauté et la vérité »

« L’esprit scientifique, puissamment armé en sa méthode, n’existe pas sans la religiosité cosmique »

« J’appelle religion cosmique la religion d’un ultime degré, rarement accessible en sa pureté totale »

« La religion cosmique ne connaît ni dogmes ni Dieu conçu à l’image de l’homme et donc aucune Eglise ne l’enseigne »

Construit en 4 parties distinctes, le livre étudie d’abord la religion qu’Einstein a expliqué par bribes dans ses écrits, religion proche du panthéisme de Spinoza. Religion naturelle cherchée dans la 2° partie parmi les travaux des illustres prédécesseurs de Einstein : Spinoza donc, mais aussi Bacon, Hegel, Kant, Schiller, Leibniz… Puis dans la 3° partie parmi les scientifiques du 20° siècle, avec des ouvertures métaphysiques et mystiques, survolant un possible sens à la Vie et à son évolution. Sont ainsi mis dos à dos (néo)darwinistes, finalistes et créationnistes. Le cosmos ensuite, de plus en plus perçu comme énergie créatrice, intelligence ordonnatrice et totalité organique. La dernière partie approfondit les relations entre christianisme et religions d’Orient face au dieu cosmique, trouvant de nombreuses analogies conceptuelles.

Un livre qui place incessamment au bord d’un abîme de réflexion, enrichi de nombreuses citations qui permettent de bien appréhender les concepts expliqués et étudiés par les auteurs. Une réflexion qui doit être personnelle, puisque rien n’est imposé, ni dénigré d’ailleurs. Loin des provocations faciles, les auteurs placent simplement de côté les religions institutionnelles au début, pour mieux les examiner à la fin, Einstein étant avant tout savant et scientifique qui porte un regard profond sur le sentiment religieux. Une réflexion qui touche à l’essence même de l’homme, à son ontologie et au sens de son existence. Etonnamment, malgré les différentes sensibilités et concepts présentés, les convergences sont nombreuses, menant à un sentiment cosmique universel, au-delà des mots, à un principe créateur unique, aux attributs certes dissemblables et aux noms hétéroclites. Un champ unifié en physique, graal des théories scientifiques, mais concept étudié depuis longtemps par les penseurs et philosophes, le Tout dans l’Un, l’Un dans le Tout. Que l’on parle de panthéisme, de panenthéisme, du Hen kai Pan, de déisme, de théisme, ou de tout autre forgé par l’homme, le principe reste profondément le même, source de tant de fantasmes et de recherches.

Ici repose l’écueil du livre, justement, le fourmillement de concepts, l’éclatement tous azimuts des recherches pour essayer de capter la diversité de la pensée humaine sur un seul et même concept, le Dieu cosmique, qui porte tant et tant de noms sous finalement une seule réalité. Les auteurs brassent beaucoup d’idées, jonglent avec les mots barbares (avec un plaisir non dissimulé réjouissant cependant), et perdent le lecteur qui ne lit que la même chose à longueur de chapitres. L’épilogue révèle bien plus que les 250 pages précédentes, en un condensé fulgurant de ce qui a été écrit tout au long du livre, l’idée de religion cosmique, de Dieu cosmique, de principe divin qui peut bien porter tous les noms de la Terre, ce principe est fondamentalement le même pour tous, et chacun l’appréhende différemment, en son âme, et en son coeur.

Et finalement, tel est l’intérêt du livre, fournir au lecteur les outils intellectuels pour réfléchir par lui-même à partir des ses prédécesseurs qui ont longuement étudié le sujet, fournir les concepts pour appréhender une réalité immanente et/ou transcendante, forcément subjective, à vivre intérieurement. Comme Einstein l’a fait, sincèrement, sans prosélytisme ni mépris d’aucune sorte. Une religion naturelle, un panthéisme naturel, de l’intériorité à l’universalité. Réflexion qui nourrit le lecteur et l’Homme qu’il est, réflexion nécessaire pour se construire pleinement, à soi et pour les Autres. Passionnant.

« J’ai l’intuition de la construction extraordinaire de l’Etre. » Einstein

Le dieu cosmique
de Jacques Languirand et Jean Proulx
Le Jour Editions

Nicolas

2 Réponses to “Le dieu cosmique”

  1. […] This post was Twitted by larocheauxloups […]

  2. Jacques Languirand parle de son livre sur repere.tv >>> capsule vidéo >>> http://www.repere.tv/?p=368

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :