Quand le profit passe avant la santé : la propagande

Dans de nombreuses situations, le principe de précaution n’est pas pris en compte malgré les connaissances dont on dispose. Voici les phases de déroulement de ces catastrophes :

phase 1  Acceptation du produit et euphorie.

phase 2  Signaux précoces : premières découvertes de la nocivité du produit.

phase 3  L’industrie lance une offensive de publicité et de  minimisation du danger.

phase 4  Expertises d’innocuité.

phase 5  Choc de la réalité : signaux puissants, alertes sans équivoques.

phase 6  Tromperie gouvernementale et répression.

phase 7  Priorité aux intérêts économiques.

phase 8  Provoquer la confusion.

phase 9  Signaux tardifs : paralysie par l’analyse.

phase 10  Les catastrophes – l’interdiction du produit.

L’histoire de l’amiante donne un excellent exemple de l’évolution du processus de déni – qui serait distrayant s’il n’était tragique. Une idée de la stratégie argumentaire de l’industrie qui pourrait s’appliquer à d’autres domaines.

phase 1  L’amiante ne nuit pas à la santé.

phase 2  OK, elle nuit à la santé, mais ne provoque pas le cancer.

phase 3  OK, l’amiante peut provoquer le cancer, mais pas le type d’amiante que nous commercialisons.

phase 4  OK, notre amiante peut provoquer le cancer, mais pas le type de cancer dont ces personnes souffrent.

phase 5  OK, notre amiante peut provoquer le cancer, mais pas aux doses auwquelles ces personnes ont été exposées.

phase 6  OK, l’amiante peut provoquer le cancer à ces doses, mais ces personnes ont contracté le cancer à la suite d’autres causes, comme par exemple le tabac.

phase 7  OK, ces personnes ont été exposées à l’amiante et ont contracté le cancer, mais nous n’étions pas au courant des dangers au moment où ces personnes ont été exposées.

phase 8  OK, nous étions au courant des dangers, mais les délais montrent qu’il y a prescription.

phase 9  OK, il n’y avait pas prescription, mais si nous sommes jugés coupables nous ferons faillite et la situation sera pire pour tout le monde.

phase 10  OK, nous sommes d’accord pour accepter la faillite, mais uniquement si l’on ne touche pas à certains départements de la compagnie et si on accepte de limiter notre part de responsabilité par rapport aux dommages que nous avons causés.

source : Sheldon Rampton, John Stauber « Trust us, we’re experts » p.86

in Nexus n°74 mai-juin 2009

Une Réponse to “Quand le profit passe avant la santé : la propagande”

  1. larocheauxloups Says:

    🙂 :-)!
    Çà s’appelle le conformisme à un ordre dominant, autrement dit le fascisme. Je crois qu’on peut appliquer ce schéma autoritaro-sanitiare à un truc plus récent. Aaah mince « je me rappelle plus quoi »… En tous cas, vaccinons nous d’urgence contre la Connerie et ses pantins (malheureusement) éligibles.

    Franck.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :