La Transfiguration selon Jean-Fabrice

Voici la captation vidéo d’une émission de radio (idFM) avec Jean-Fabrice, médium de son état, qui nous parle de l’au-delà et de survivance de l’âme avec bonhommie. Ce dernier partage avec le public, depuis déjà dix-huit ans, son étrange don de « transfiguration », c’est-à-dire des défunts qui défilent à la queue-leu-leu pour se montrer à travers lui. En toute simplicité. A mon avis, la file d’attente doit être longue de l’autre côté du miroir!🙂

Car la question taraude et n’a de cesse de harceler l’entendement humain avec ce petit goût cyclique de reviens-y, l’âge aidant. S’interroger sur ce qu’est la mort revient à se demander qui nous sommes, ou plutôt ce que nous sommes (et, bien sûr, ce que nous « foutons là »). Par la même, on en vient à réfléchir à la véritable nature du monde, ce dernier, prétend-on aujourd’hui, n’étant pas forcément ce qu’il paraît être. Et pourtant nous y sommes tous plongés jusqu’au cou! Que deviendrait un individu s’il arrêtait de se nourrir du jour au lendemain, ou s’il arrêtait de se laver, de dormir, de boire, de jouer à la baballe avec chien-chien dans le jardin, etc… Il est des réalités triviales que nous ne pouvons contredire, triviales mais pourtant essentielles à une existence digne.

L’échelle de la particule est un monde de chaos où règne en maître le principe d’indétermination cher à Eisenberg. Tous les possibles et les azimuts s’envisagent et s’évanouissent au même instant, pour recommencer. Quoiqu’on en dise, c’est bien cette soupe corpusculaire vibratoire instable qui cimente la cohérence du monde à échelle d’homme, où, dit-on, « le hasard n’existe pas ». Amis du Paradoxe, bonjour…

Les visages des soldats américains morts en Irak

La « vérité », s’il en est une (mais de ce côté là je lorgnerais plus vers l’adage de l’illustre gentilhomme de la cambriole), dépend donc du point de vue. Que vient faire la mort dans tout çà? Est-ce donc la fin des haricots ou seulement de l’enveloppe des haricots? Est-ce le passage d’un état organique solide vers un état bien plus léger (ou « subtil », dirons-nous conformément au vocable à la mode)? Le corps n’est-il qu’une interface sensorielle vouée à nourrir la curiosité insatiable d’une âme rattachée à ce corps? Enfin, curiosité insatiable, çà dépend des gens, hein…

Bref, voilà des interrogations insolubles qui débouchent immanquablement sur d’autres questionnements encore plus vastes.

Pour info, voici le lien sur une page internet truffée de témoignages de transcommunication. Un couple a perdu sa fille dans un accident de voiture, le genre de douleur insurmontable pour des parents. Mais voilà que leur fille décédée, Karine, se met à communiquer avec eux de manière régulière par ce qu’on appelle l’écriture automatique, c’est-à-dire qu’un individu se met à écrire sous l’impulsion d’une… volonté qui n’est pas la sienne. Certaines réflexions lâchées par la dite décédée peuvent paraître parfois sidérantes pour notre entendement…

« Ne portez pas tant d’intérêt au corps physique, je ne suis pas au cimetière… Je suis bien plus près de vous… Ce n’est pas à moi de vous dire de ne pas y aller, mais pensez à y aller moins souvent… »

(Donc effectivement, il n’y a pas plus vide et dénué d’intérêt que les cimetières)

… Ou bien décrire une réalité surprenante…

« … le monde où je vis est très comparable mais aussi très différent, ce n’est pas facile à expliquer. Nous vivons avec des normes qui ne sont pas les mêmes. Nous ne pensons qu’à faire le bien pour ceux qui sont restés sur la Terre, et nous avons la même mission qui est d’aider… Nous pourrons faire de grandes choses grâce à votre foi et votre amour… »

… D’ailleurs, ce n’est pas parce-qu’on décède qu’on est empli immédiatement de la science infuse. Tout comme ici bas, çà à l’air d’être un peu plus tortueux…

« Nous sommes répartis par niveaux… et je ne peux pas connaître les niveaux supérieurs avant d’y accéder moi-même par mon évolution spirituelle. Je ne sais pas si les âmes disparaissent un jour totalement, mais cela ne me paraît pas logique… Ici, il n’y a pas de tricherie avec les amitiés, mais nous gardons notre caractère, il est donc logique que nous nous entendions mieux avec l’un qu’avec l’autre… »

… A tel point que certains sujets restent flous et difficiles à comprendre autant pour eux que pour nous, et ne coulent pas de soi. Gare, donc, à tous ces intégristes new age que l’on rencontre parfois et qui croient « savoir » tout un tas de choses de manière bien arrêtée au sujet de la mort et de ce qu’on y fait après (évidemment, je ne dis pas çà pour Jean-Fabrice qui sait de quoi il parle):

« Je ne peux pas te parler de la réincarnation  pour le moment, c’est un sujet complexe, même pour nous, le fait de revenir à la vie terrestre n’est pas donné à tout le monde… mais cela arrive dans des cas particuliers… Nous ne pouvons pas donner plus d’explications… »

… et puis des fois çà fait un peu « orienté » (pour info, le site sur lesquels ces témoignages sont exposés est « d’obédience » chrétienne, ceci pouvant expliquer cela)…

« La vie est un peu compliquée… j’ai été toujours contre l’avortement, et cela se confirme ici: la vie commence le jour de la conception et non pas à la naissance. L’avortement est un crime qu’il faudra payer… »

Mmmouais… Euh… là, Karine, çà fait un peu radical et obtu, tu trouves pas? J’admets que le fait d’avorter supprime une vie et ce doit être un geste lourd à assumer moralement ou philosophiquement pour la femme qui porte le bébé, mais il est des situations dramatiques (type viol) où ce geste peut éviter de porter un poids trop lourd une vie durant. L’avortement n’a pas été institué dans une optique d’assassinat mais plus pour donner la liberté de choix à des femmes qui traversent une situation pénible. Il ne faut pas oublier qu’avant l’avènement de cette pratique, on avait tout le loisir d’abandonner les rejetons indésirables, au mieux dans un orphelinat ou un couvent, au pire sur le perron d’une porte, au bord d’une rivière ou dans une poubelle, ce qui n’est pas tellement mieux. Mais, comme tu dis, les contextes et les normes doivent changer d’un monde à l’autre selon l’état d’être, il n’y a pas de vérité en soi, à part peut-être l’amour…

Allez, deux p’tites dernières pour la route, c’est trop savoureux:

« Vous devez savoir que nous sommes « énergie », et que lorsque vous nous sentez, c’est un peu comme si vous vous approchiez d’un champ magnétique… »

« Le séjour sur Terre est de courte durée par rapport à la vie éternelle. C’est un passage obligatoire pour aller vers la vraie vie. La mort n’existe pas, c’est seulement un changement de vie… nous ne sommes pas morts, nous sommes vivants et nous voulons que tout le monde le sache… »

Par déduction, et en rapport avec un autre message cité plus haut où il était question de « niveaux », le niveau le plus « bas » serait-il donc notre bas monde grossier et pesant? Mmm… Çela semble rejoindre étrangement ce qu’affirmaient les Cathares… Très intéressant, donc, mais à prendre avec des pincettes, il va sans dire. D’autres réflexions de Karine et témoignages de ses parents sont présents sur l’hyperlien glissé plus haut. Cette pléthore de messages ont poussé les parents de Karine à les réunir dans un livre paru chez Albin Michel, préfacé par Didier van Cauwelaert.

Mais revenons-en à Jean-Fabrice et ses capacités étonnantes. Pour les amateurs d’anecdotes croustillantes, lors de cette émission, Jean-Fabrice s’est généreusement livré à une expérience de transfiguration pour chacun des trois invités présents dans le studio (dont votre Serviteur Loup). Pour ma part, j’avoue ne rien avoir vu de ce que racontent les deux autres personnes qui étaient là. Pas un visage, pas une aura, pas un ectoplasme ni aucun drap avec des chaînes en train de faire houuuuu, rien. Ni en vrai, ni à l’image. Des clous pour Dr loup sur son rocher perché😦 ! Par contre, j’atteste que le regard de Jean-Fabrice change considérablement lors de l’expérience, comme recouvert d’une sorte de voile sombre, profondeur abyssale qu’il n’a pas lors d’une conversation classique. Sans compter de petites larmes et de légers frémissements ponctuels du visage. Donc même sans voir aucun défunt, une activité intérieure est immédiatement perceptible.

De plus, une des pendules du studio s’est mis à s’affoler toute seule à deux reprises vers deux heures du matin. Les aiguilles ont fait le tour des 12 heures en accéléré en s’interrompant une fois, revenant ainsi à leur point de départ, enfin à l’heure exacte en cours. C’était juste au-dessus de ma crinière et j’ai pu « capter » le deuxième tour sans aucune équivoque. Le plus drôle était que, après cette petite fantaisie d’outre monde, les trotteuses des deux autres pendules à aiguille étaient calées sur celle de la pendule qui a « déliré », les aiguilles des trois pendules indiquant rigoureusement la même heure. Une autre à affichage numérique posée au-dessus des amplis indiquait également la même heure à la seconde près. Esprit es-tu là?…

Il ne fait aucun doute qu’il existe un monde invisible. Cependant, il est permis de se demander à quelle distance il se trouve du centre ville et jusqu’à quelle heure il est ouvert.

Woody Allen

Mourir, ce n’est rien. Commence déjà par vivre. C’est moins drôle et c’est plus long.

Jean Anouilh

 

Une vie est une oeuvre d’art. Il n’y a pas plus beau poème que de vivre pleinement. Échouer même est enviable, pour avoir tenté.

Georges Clemenceau

Mais laissons la parole à Jean-Fabrice…

Franck.

2 Réponses to “La Transfiguration selon Jean-Fabrice”

  1. je savais bien qu’il y a encore des mondes inexplorés…Des mers solitaires et rugissantes….Puis calmes, et sereines…

    • larocheauxloups Says:

      Des mondes en sourdine, planqués sous la surface des apparences,bien à l’abri des grands courants de pensée matérialistes🙂.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :