Se nourrir de lumière

Le sujet de la nourriture est toujours central ou stratégique dans l’histoire de l’humanité, tant dans son versant malnutrition que dans son versant obésité. Malnutrition dans les pays de l’hémisphère sud hors commonwealth , obésité programmée dans la sphère occidentale, littéralement surnourrie de tout. À travers ce fatras, quelques types de régimes sortent du lot, comme le régime crétois, le régime macrobiotique de maître Osawa, ou encore le régime alimentaire fondé sur le groupe sanguin. Toutes ces variantes sont des adaptations ou des réflexions sur ce que peut-être une alimentation idéale et garante d’une santé optimum.

Il est une autre voie inédite et a priori totalement farfelue, que développent certains dans l’ombre, si l’on peut dire: se nourrir de lumière. C’est-à-dire qu’hormis de maigres breuvages ponctuels, l’individu se nourrit essentiellement du rayonnement solaire. Ces quelques personnes de par le monde défrichent depuis de nombreuses années, en solitaire, cette approche « énergétique » de l’alimentation et s’en sortent aussi bien que le reste du commun des mortels. Très intriguant, donc, une nommée Isabelle Hercelin, française, expose sa démarche sur le blog qu’elle a créé à l’occase. Elle en parle également au micro de Jean-Claude Carton à idFM, en ce dimanche 20 février 2011, au creux de la nuit. L’émission est payante mais on retrouve une interview d’Isabelle Hercelin en accès libre, toujours questionnée par l’ami Carton, au parc Montsouris en juin 2011. En tout état de cause, les personnes ayant pratiqué ou pratiquant un tel régime insistent bien sur le fait qu’il ne s’adopte pas du jour au lendemain mais qu’il est la résultante d’une lente progression.

D’autre part, un film documentaire allemand, réalisé par Peter Arthur Straubinger et sorti en 2010, traite de ce sujet en le décortiquant par le biais scientifique. Où l’on nous dit qu’en fait, ce n’est pas la lumière dans son sens « photonique » qui est absorbée. Les aliments, une fois digérés et intégrés, délivrent l’énergie fondamentale qui nous fait avancer. C’est cette énergie, nommée « lumière » en occident, « chi » en Chine, « ki » au Japon, « prana » en Inde, que les personnes en question captent directement, sans passer par l’intermédiaire des aliments solides. Une interview de Straubinger a été enregistrée à Radio Ici et Maintenant en 2010.

À chacun de se faire son avis. Mais au rythme où la population humaine s’accroît, il serait peut-être temps de s’ouvrir l’esprit à d’autres sources ou formes d’énergies dont les groupements lobbyistes ne parlent jamais, les médias étant trop à leur botte. Ce sont les énergies qu’on qualifie de « libres » ou, pour le moins, de perpétuellement renouvelables. Une nouvelle façon d’envisager notre rapport à la nature.

Franck.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :