Au bonheur des hommes

À la bonne heure! Les Ohms de la résistance à la connerie conductrice se manifestent parfois en la capitale des lumières… Éteintes. Rien que de pâles flammèches, ami. Mais des qui persistent et gardent la flamme. En cette époque d’allégeance au Confort Ménager et à l’Avoir Suprême, la fraîche verdure du bon sens perdure tout de même sous les pluies rongeuses de l’acide mainstream et son cortège odieux de politiquement correct. L’Humain et sa civilisation du tout marchand est à la croisée de l’acceptation coupable et du Réveil. Le sursaut des gueules ouvertes bientôt affamées par l’idéologie de privatisation rampante refuse ici la sclérose des esprits. Plus qu’une question de « culture », il n’est rien de moins question ici que de garder les idées claires et la vision dégagée sur la nasse mentale qui se referme et l’orage qui ne préviendra pas. À paysage psychique consciencieusement dévasté à force de réalité téléspectaculaire, le demi siècle formidable des points de détails et des modernités radioactives accouche, au bout du rouleau compresseur, d’un besoin d’expression de plus en plus en plus vital, comme un bol d’air, et de spectacles savoureux, comme celui-ci.

Au bonheur des hommes nous trimballe d’une perversion sociétale l’autre, toujours financée par l’impôt citoyen. La logique bancaire? La rhétorique creuse? L’assèchement mental et les OGM plein vos estomacs? La République charter aux Rollex qui scintillent? La soupe aux isotopes? Le travailleur moyen, paupérisé au plomb durci des fatalités entretenues qui taxent toujours plus pour déconscientiser plus, n’a que l’embarras du choix des effondrements. Champ de concentrations verticales d’intérêts « supérieurs » qui piétinent, telles des colonnes d’acier irisées d’impérialisme, les libertés inaliénables du pantin « administré » réduit au vote mécanique et aux référendums muets, le pays des merveilles à peau lisse et sourire bleu pétrole passe à la moulinette de la plume surprenante de Jean-Marie Lecoq. N’en déplaise à la critique en bois, cette grande dame aigre et collaborante, corsetée dans le feu sombre des conservatismes, nous, nous ne ferons pas QUE fuir. Car la grenouille n’est pas encore cuite, que les crapauds d’or vicié à parachute se le disent. Clarisse Catarino fait moduler ses compositions originales et assaisonne la verve caustique des textes, la faisant résonner du chant de la note sensible. Rythmes et larmes de fond, fond et forme déforment et défont sans far, s’entrelacent et filent en une heure vingt cinq, telle une flèche enflammée d’humour grave. Liberté regarde-toi, tu n’es plus qu’apparat.

Théâtre du Lucernaire à partir du 3 août 2011 jusqu’au 9 octobre 2011 à 21H30.

Matinée: les dimanches 11/18/25 septembre et 2/9 octobre à 15H00.

Théâtre du Lucernaire, (Centre National d’Art et d’Essai): 53, rue Notre-Dame des champs, 75006 PARIS. Réservations: 01.45.44.57.34. Métro: Vavin ou Notre Dame des Champs.

Avec: Véronique Ataly, Christian Gaïtch, Jean-Marie Lecoq. Et le groupe Djazz’Elles: Clarisse Catarino (accordéon et compositions originales), Anne Gouraud-Shrestha (contrebasse) et Eva Slongo (violon).

Pour info: Les caisses sont ouvertes du lundi au jeudi de 11h à 22h, le vendredi de 11h à 23h, le samedi de 13h30 à 23h et le dimanche de 13h30 à 22h. Caisses fermées de 12h30 à 13h30. Les tarifs des différentes salles de spectacles et cinéma ici, aux différents horaires.

Un autre point réservation ici, sur billetreduc.com.

Franck Balmary.

3 Réponses to “Au bonheur des hommes”

  1. Il faut surtout souligner l’osmose qui se dégage sur scène. Il n’y a pas d’un coté les acteurs-chanteurs et de l’autre les musiciennes-chanteuses-actrice. C’est franchement un groupe et le partage se passe aussi sur scène. Et es surprises… Et l’échange public-troupe, avec parfois de belles surprises aussi. Les protagonistes se piègent entre-eux, ais ils sont aussi piégés par les spectateurs….

    Le reste, bravo pour le billet qui est aussi ma vision du spectacle. Mais ce spectacle a tellement de niveaux d vision que …

    Allez le voir vite, ça se termine le 9 octobre sur Paris. Une tournée se monte pour ne pas faire de parisianisme.

  2. larocheauxloups Says:

    Oui, le ping-pong fonctionne à plein! Super nouvelle si çà débouche sur une tournée.

    Longue vie!

    Franck Balmary.

  3. Françoise chapron Says:

    Etant Brestoise ,je n’ai vu que des bribes de ce « Bonheur des hommes  » ,qu’il me tarde de découvrir enfin !

    J’espère qu’il sera joué dans la cité du Ponant …

    On ne peut que lui souhaiter longue vie et que Clarisse Catarino et Jean Marie Lecoq continuent longtemps à nous régaler de leurs talents !

    FANFAN

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :