Notre-Dame de Paris

Une cathédrale, un roman, une exégèse. A chaque étage un monument pour parler de l’Edifice. Architecture, écriture, hermétisme, une compréhension ternaire où les silhouettes de l’érudit et du poète interfèrent et se répondent sur fond d’ouvrage aux mille mains de peuple, arrière-plan monstre de F1000024l’artisanat pluriel et complémentaire d’un autre âge, fourmilière de démocratie opérative toute imprégnée d’élévation. Le plus grand des péplums du Moyen Age, voilà ce qu’ont d’abord été les chantiers gothiques, poussés comme des parterres de fleurs à grande échelle. Richard Khaitzine explore cette époque où la pierre flamboyait en dentelles, où l’Art Royal s’invitait dans le quotidien du pleutre et du quidam, déguisé en expressions ou coutumes populaires, une arène de rébus dans laquelle surnage le vernis religieux.

F1000005

F1000021An 1000. Europe. L’architecture religieuse est dominée par le style roman, expressif en solidités et lourdes arcades plein cintre. Et puis le gothique déboule, avec ses jeux de forces mécaniques équilibristes, ses fulgurances de hauteurs, son vertige de finesses imbriquées dans un gigantisme visionnaire. D’où surgissent donc, si subitement, ces force volutes qui font foule, cette inventivité dans les courbes et toutes ces rondeurs de rosaces qui virevoltent? Le gothique, nous dit Richard, « (…) apparaît en Haute Picardie au XIIème siècle et se diffuse rapidement au nord de la Loire. Ce sont les Italiens de la Renaissance qui appelèrent « gothique » ce style initialement nommé « francigenum opus », « manière de bâtir en Ile-de-France ». Le terme « gothique » fut utilisé a posteriori dans un sens péjoratif insinuant que l’art gothique était l’art des Goths, un art de barbares qui auraient oublié les techniques et les canons architecturaux romains. Un certain nombre d’historiens de l’art réfutent aujourd’hui ce jugement et montrent que, par rapport à l’architecture romane qui la précède, l’architecture gothique n’est pas tant une rupture qu’une évolution. Nous avons vu précédemment ce qu’il fallait en penser. »

F1000007

L’irruption du gothique « surprend » presque le roman, tant sa conception et son apparence innovent, tant sa propagation est rapide. Dans les murs, de larges espaces sont évidés et remplacés par des vitraux colorés. Les teintes tournoient dans le volume intérieur en suivant la course du soleil… Voilà une des nombreuses clés de la « symphonie de pierre » si bien chantée par le grand écrivain romantique, planteur de décors, souffleur d’images et imageur de mots. L’image projetée, les couleurs… en évolution, nous narrant le film d’une journée, d’un cycle, du lever au coucher. Une fin à laquelle succède un début, une éternité constituée d’une somme d’impermanences.

F1000012

Mais là où, encore, le roman d’Hugo garde un degré de cryptage, Richard Khaitzine nous invite à regarder dans le repli des sculptures, à viser les cohérences géométriques ainsi que l’agencement millimétrique des forces de poussée. Quand le roman de février 1831 est un exposé d’alchimie, d’ailleurs à peine voilé, à la geste épique et plume en majesté, dressant un hymne amoureux à la Madame dans son ensemble, il est étonnant d’encore s’étonner de nos jours au vu des zones d’ombres en nombre que soulève Richard Khaitzine avec grande précision.

F1000009

Entre clés de voûtes et rondeurs, il est surprenant de constater à quel point l’Art dit « Royal » s’exprime dans la construction même, dans l’écueil des détails techniques à surmonter pour les architectes et artisans de l’époque, bien loin de toute intellectualisation sèche et abstraite. Le lieu inscrit en lui-même, dans sa propre forme, son discours porteur. Sa matière écrit son âme le long de chaque veine de pierre, suspend sa Parole à chaque voussure ou ogive. Et même en des endroits inattendus, comme cette étrange figure de taureau rencontrée au pieds d’un pilier, au hasard du déambulatoire, vers l’abside côté nord…

F1000027

Indéniablement, le savoir faire multiple a marqué ces allées de son sceau. Tout comme en la cathédrale de Strasbourg, la Connaissance baigne les coins. À l’abri des ors, c’est une autre lumière qui pointe, persiste et signe son œuvre, un autre son de cloche qui susurre un Art de Musique intemporel…

F1000028

L’évêque de Paris Maurice de Sully est à l’origine de la reconstruction de l’église gothique que nous connaissons aujourd’hui, édifiée sur la base d’une église préexistante. Qui elle-même s’est construite sur un site bien plus ancien… Mais laissons au livre toute sa substance.

F1000003

L’art gothique est tout entier une tension verticale, une prise d’altitude presque éthérée, qui fait de ses finesses sa force. D’ailleurs, la « maquette » ou le « plan » du gothique se trouve assez bien résumé dans la composition de certains vitraux…

F1000026

Notre-Dame de Paris n’est donc pas un monument anodin, même si cet univers en-soi est rentré dans le paysage quotidien de nombre de Parisiens.

F1000006

F1000017« En général, les cathédrales sont uniquement perçues comme des édifices religieux et rares sont les lecteurs sachant que ces constructions sont porteuses d’un symbolisme ayant trait à l’ésotérisme et, plus précisément, à l’alchimie. (…) Plutôt que que de me livrer à un exposé rédhibitoire concernant un sujet peu ou pas enseigné, j’ai préféré avoir recours à une construction plus ludique, permettant de prendre le lecteur profane par la main, F1000008afin qu’il en découvre les fascinants secrets et mystères à son rythme. (…) La démarche ressemble, toutes proportions gardées, à celles qu’adoptent les auteurs de bons thrillers. Dans ce genre de littérature, en présence d’un cadavre, l’enquêteur commence par étudier la scène de crime, à la recherche d’indices. Dans un second temps, il s’intéresse à la vie de la victime afin de déterminer un mobile quelconque. Quant à la traque de l’assassin, il arrive, parfois, qu’elle oblige le policier à suivre un certain nombre de fausses pistes, voire de pistes secondaires.

F1000016

Dans le domaine qui nous occupe, il n’y a rien d’aussi morbide; ce que je vous invite à découvrir, ce n’est pas le nom d’un assassin mais celui d’un mystérieux sujet, qui change de forme et d’identité, un peu à la façon d’Arsène Lupin ou de Fantômas. Et ce sujet n’est rien d’autre que le moteur de tout ce qui vit.

F1000004

L’analogie dont je viens d’user n’est pas fortuite. Même si le lecteur moderne l’ignore, tous les arts, en particulier la littérature populaire – ou non, d’ailleurs – servirent de courroies de transmission destinées à ce que les connaissances secrètes ne se perdent pas.  Ceci est vrai concernant l’œuvre de Jules Verne, comme celle de Victor Hugo, dont les romans mériteraient d’être relus à la lumière de ce qui vient d’être dit car, sous le sens littéral du texte, s’en dissimule un autre. »

Richard Khaitzine.

F1000014

Nous voilà donc prévenus, camarades! Il convient de faire attention, de perce-voir (pour « voir ça » ou savoir) au-delà du mur des apparences afin de mieux comprendre notre 9782070345830monde. Lire le Notre-Dame d’Hugo n’est pas indispensable à la lecture du Notre-Dame de Khaitzine mais ajoute tout de même un plus. Passé dans le domaine public, ce chef d’œuvre du XIXème siècle se trouve n’importe où, dans tous les formats, toutes les dimensions, à tous les prix. Et s’il était une édition de poche à retenir, j’enjoins le lecteur de ces lignes qui n’aurait pas encore lu ou parcouru le roman, de s’emparer de l’édition de Benedikte Andersson chez Folio Classique. Tout y est décortiqué avec une étonnante perspicacité: histoire, notes hugoliennes d’époque, coutumes et documentation médiévales dans lesquels a pioché l’écrivain, et… le sujet alchimique, très ouvertement et longuement exposé. Chose rare qui en fait un must du genre.

F1000032

Une très bonne introduction, s’il en est, à l’étude que Richard Khaitzine soumet à notre sagacité (et qui abonde parfois dans le même sens que lui, pour lui avoir soumis personnellement un point d’analyse, lors d’une correspondance mail). Fait étrange, le livre de Richard s’est dégradé au fur et à mesure de la lecture. L’arrête s’est brusquement cassée en deux dans la longueur, décollant ainsi les pages du centre en bloc, le film plastique protégeant la couverture est aussi parti en lambeaux. Cette dégradation à pas de loups n’aura pas empêché le plaisir de la lecture ni l’envie de garder précieusement ce propos qui invite aux nombreuses réflexions. Une mine d’infos précieuses pour qui souhaite approfondir sa connaissance du lieu. L’objet livre m’a fait le coup du nigrido mais m’a transmis son esprit, sa substance, qui vit maintenant en moi.

F1000030

Un livre très complet, « Mon ouvrage le plus abouti » a coutume de dire l’auteur, sorti le 20 novembre 2011 aux éditions e/dite, que l’on trouve encore, via la toile:

http://www.laprocure.com/paris-colombe-saint-esprit-langue-oiseaux-richard-khaitzine/9782846083089.html

F1000015

Assurément à ne pas louper.

9782846083089FS

Franck Balmary.

P.S.: toutes les photos de Notre-Dame de Paris ici présente sont la propriété intellectuelle et morale de leur auteur, Franck Balmary. Elles ont été prises le 13 février 2013, lors de l’exposition des nouvelles cloches qui furent accrochées dans la cathédrale au mois de mars 2013.

11 Réponses to “Notre-Dame de Paris”

  1. Un article que j’attendais. Comme un petit miracle. Une lueur, un phare…d’un autre bout du monde.
    Je n’ai même pas encore lu. Surprise…
    Mais je plonge…au cœur de la Rose.

  2. « Et le sujet n’est rien d’autre que le moteur de tout ce qui vit »…
    Oui. C’est exactement cela.
    Difficile toutefois de suivre cet Oiseau là (Lupin, le moteur, le violon de Bach ou une salamandre…)et surtout de comprendre ou IL veut amener.
    Alors parfois on est blessé, déstabilisé ou encore anéanti.
    Mais le fil d’Ariane est solide…La preuve.
    Merci Loup.

    • larocheauxloups Says:

      Il amène à l’expérience pour que se construise la Connaissance… Brique par brique. C’est un long chemin. De rien, Marie-Hélène🙂 .

  3. Le complément nécessaire au bouquin de RICHARD.. seul un loup pouvait ameuter ! merci l’ami…

  4. Ayé ! J’ai reçu le livre!
    Je vais pouvoir poursuivre…enfin, je veux dire, je reste accrochée au fil.

  5. Il me le faut et rapidement. Je m’en vais de ce pas commander. Merci pour ce bel article.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :