Démocrature 2017

On l’avait senti arriver dans notre tronche mais je me disais que c’était une engeance médiatique, un météore inutile, une passade qui se dégonflera comme la baudruche qu’elle est, dès le 1er tour, pour laisser place au seul affrontement qui vaille. Les salades du « ni gauche ni droite » tous les jours à répétition à la télé, maquereau en couv’ des tabloïds, maquereau et sa poule, maquereau et son premier meeting « enlevé », maquereau et ses déclarations burlesque sur les colonies ou l’île de la Guyanne. Bref, du lourd. En fait, j’avais raison. C’était tellement une baudruche que l’Etat lui-même et certains pions connivents au cœur du maillage des institutions ont contribué à sa victoire en s’illustrant par un nombre record d’irrégularités notoires. Non, public, ceci n’est pas la verve amère du mauvais perdant, c’est plutôt le regard halluciné du républicain honnête qui constate l’étendue du désastre démocratique, la voix du peuple souverain s’est fait vitrifier à grande échelle, partout en France, métropolitaine ou non. Pour ma truffe, tout a commencé avant le scrutin lorsque je constate que ma mère, domiciliée chez moi, reçoit la profession de foi des candidats… le vendredi 21 avril! Alors que d’habitude c’est envoyé une semaine avant. Et votre Serviteur? Rien. AUCUNE PROFESSION DE FOI. Alors que je n’ai jamais rencontré aucun problème de ce type pour aucune élection. Et dès le lendemain du scrutin du 1er tour des présidentielles, le lundi 24, les doutes surgissent…

Doutes_1er tour

Doutes 1er tour 02

De toutes parts les gens s’étonnent, pourquoi les électeurs se font radier par ici, les bulletins disparaissent par là, pourquoi trouve-t-on des enveloppes pré-remplies maquereau ou fi(ll)on ailleurs, pourquoi encore 500 000 personnes se retrouvent avec 2 cartes électorales… « Macron est entouré de tous les tocards de la Hollande! », nous déclamait Poutou, à raison, le 9 avril 2017 dans l’émission « C Polémique » (vous noterez, amis, la simplification du langage), repris bien évidemment par la chienne de garde de présentatrice qui ne peut tolérer ce genre d’abus de noms d’oiseaux. Trop vulgaire, la colère, il faut se respecter.

Eh ben non, mon Philippe, tu n’as pas compris, ils le veulent, leur candidat « jeune » ni gauche ni droite ni rien, ils la veulent, leur gravure de mode contradictoire, ils le veulent, leur libéral laïc, leur Hollande bis, leur Sarko III. Leur petite tête de bon garçon poupin pour prétexte de bonne conscience des dévastations à venir, une belle façade de renouveau pour tout continuer comme promis au MEDEF. Etant donné que Jean-Marine monte, il suffira de l’agiter au deuxième tour pour espérer que tout le monde vote dans le même sens, « comme il faut ». Mais il y a un problème: depuis six ans, le « Rouge » parle, interpelle, rassemble, remplit les cerveaux disponibles, fertilise un nouvel horizon dans les imaginaires asséchés par tant d’années de capitalisme unilatéral, dit de la poésie après les exposés programmatiques… Et il monte. Très haut. C’est l’imprévu qui déjoue les tactiques. Alors il y a péril en la demeure car ce n’est pas le FN qui fout les foies, c’est l’idée même que l’architecture de privilèges pourrait s’effondrer et laisser place à une mutualisation plus grande de l’économie et une réappropriation, du moins plus importante, de la vie politique par les citoyens, trop longtemps délaissés du pouvoir décisionnaire. C’est la gauche humaniste qui fait peur, en vrai. D’où la somme d’irrégularités signalées, inhabituelles en France, du jamais vu! On aurait presque l’impression d’une mauvaise élection américaine. La presse parle de ces insupportables dysfonctionnements, à Le monde, à Le courrier du soir, et un peu partout la cybertoile transpire. Presse écrite, je précise, les Mass Medias Audio Visuels, les MMAV pour reprendre l’acronyme du cinéaste anglais Peter Watkins, ô combien conscient du réel pouvoir que ces entités représentent, sont trop occupés à nous tartiner le cerveau à la sauce maquereau ou facho sans relever une seule fois dans leurs grand messe de jités les anomalies précitées et ainsi engager une réflexion ou demander des comptes. Nous n’aurons que droit aux reportages sur la mort du malheureux gendarme des Champs Elysées ou la fin de mauvaise saison touristique hivernale.

Car, même si Mélenchon était haut et que ce manque considérable d’électeur dessert son résultat final, ces irrégularités douteuses pénalisent tout autant les gens qui auraient pu se tourner vers un Cheminade ou un Poutou, un Lassalle ou une Artaud, sans parler d’Asselineau et Dupont-Aignan. Une telle somme de détails n’évoque plus des irrégularités, on appelle ça des consignes.

Bref, je ne voterai pas au 2ème tour, l’heure est grave, je ne donne pas ma voix au banquier, il poursuivra la politique libéralo-liberticide du président magouilleur qui l’a mis en place, ni à Jean-Marine parce-que là c’est épidermique. Toute cette chienlit de margoulins met à jour la superstructure qui viole nos votes depuis 2005 et rend cette démocrassie caduque. Je ne reconnais pas un président enfanté de cette opacité. Que penser d’un Etat qui piétine à ce point la parole de sa population? D’un journalisme qui n’en n’est plus un, nous assénant un 2ème tour assuré sur des estimations d’instituts de sondage dès 20H20 alors que les bureaux de vote des petites communes et villes moyennes ferment à 19H et celles des grandes ville à 20H? Que penser de ce flot d’images récurrent d’un des deux finalistes au restau et des commentaires ramasse-miettes que doit subir notre intelligence la moitié de la soirée électorale? « On s’embrasse, on voit des sourires, il y a des proches« , « A-t-il retiré sa cravate? Ah non… Ah si!« , « Il gagne sa voiture et se déplace déjà comme un vrai Président, regardez! » Extraordinaire, j’étais aux larmes. De sang. L’histoire d’une désolation… Je me dis qu’à porter le diable trop haut, à fausser les résultats par l’entremise de combines ponctuelles, non relayées, puis à venir faire la morale aux spectateurs sur la bonne conduite à tenir, la mécanique propagandiste du 21ème siècle vaut largement ses parents nazis ou staliniens du siècle dernier et que ça lui ferait du bien de se prendre en pleine face le monstre qu’elle a créé et entretenu depuis au moins 30 ans. Qu’on aille jusqu’au fond de l’abîme car on ne peut pas aller plus loin dans le déni de l’avis du peuple. Cette infâme machinerie ne mérite plus que son front national.

Quoiqu’il en soit, je sais mon interprétation rapide mais l’impact de ces innombrables malfaçons, dignes d’une république bananière à parti unique, est probablement considérable sur le résultat réel qui aurait pu se dégager sans lesdites malfaçons. Citoyennes, Citoyens, Urnes Debout! Relevons nous, ne cessons plus de lutter, sortons de ce schéma de société, à 100%, abandonnons-le comme une vieille chaussette qu’il est, obsolète, retrouvons le chemin de la Démocratie mais en attendant, par-dessus tout, méfions-nous du complexe médiatico-financier…

Grougnasse

Franck Balmary

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :