L’île sacrée

Une somme. C’est l’idée maîtresse qui s’impose lorsque l’on ressort de la lecture de L’île sacrée, de Catherine Pierdat. Un mot a entendre dans toutes ses dimensions, pas uniquement quantitative. C’est plutôt par sa finesse d’analyse et la prise en compte de différents niveaux de compréhension que brille cet essai pas comme les autres. Catherine Pierdat nous raconte l’éternelle histoire du trop fameux curé de Rennes-le-Château, Bérenger Saunière, et de son enrichissement mystérieux, mais vu du côté de son collègue de l’époque Henri Boudet, curé du village voisin de Rennes-les-Bains. Longeant les rives de la Salz, Rennes-les-Bains est nichée en contre-bas, à quelques kilomètres de sa sœur « inspirée », au creux des sources chaudes et ferrugineuses connues déjà des Romains.

Un puits de savoir(s) trop souvent boudé, ce père Boudet, qui produit pourtant plusieurs livres de son vivant. Mais c’est l’un d’eux qui accapare le vedettariat avec la mise à jour de l’affaire du « Curé aux milliards » en 1956. C’est en 1886 que l’abbé Boudet publie La vraie langue celtique et le cromleck de Rennes-les-Bains, dans lequel il s’évertue à démontrer par moult exemples que, grosso modo, la langue anglaise est la racine de la langue celte. Un propos audacieux, pour ne pas dire férocement capillotracté, qui est accueilli à gorges déployées par ses pairs de l’époque. Comment croire un instant qu’un aussi fin lettré, qui plus est détenteur d’une licence d’Anglais, puisse soutenir une thèse grotesque comme pas deux? La réponse est simple: c’est que, à l’image de l’œuvre d’un François Rabelais, d’un Maurice Leblanc ou autre Jules Verne (pour ne citer que ces pointures aux imaginaires hypertrophiés), son livre est codé. Beaucoup de gens qui s’affairent à dénouer les fils de l’énigme rennaise s’accordent à dire que LVLC est un ouvrage « spécial » mais jamais jusqu’à présent il n’avait été détricoté avec une aussi perçante acuité.

Sentant le lièvre d’importance, l’angle mort apte à éclairer les principales zones d’ombre de cet imbroglio extravagant, Catherine Pierdat s’embarque dans les sentiers tortueux de ce monument scripturaire, pour reprendre ses propres termes, amorcés en filigrane tout au long du livre. Car s’il présente un codage évident, il en va d’une toute autre paire de manche que de le décoder. En effet, nous entrons ici de plein pieds dans un monde de non-dits de type littéraire, où la logique « carrée » plus arithmétique doit être abandonnée, sous peine d’enfermer ses raisonnement dans le petit confort d’une interprétation monocorde. Pour reprendre la préface de Christian Doumergue, un autre auteur qui s’intéresse à Rennes-le-Château:

Le fait que le codage du livre (codage dont l’existence est à peu près acquise pour tous) ne soit pas logique, mathématique, invite à rentrer dans une façon de percevoir le texte qui ne relève pas des sciences exactes. C’est là que réside toute la subtilité de l’écrit (la difficulté de sa correcte réception) et l’ouverture à un nombre quasi illimité de lectures.

Le décor est planté… Mais à ce défi au tronc noueux et aux fleurs de coton, Catherine Pierdat répond par la complétude. Elle a su éplucher et comprendre une par une les allusions, les a-peu-près phonétiques, les rapprochements de sens ou les rejets trop visibles de l’auteur pour mettre à jour un fil conducteur habilement dissimulé. Son décorticage sillonne toutes les voies d’analyse: symbolisme, histoire, géographie dite « sacrée » (description de l’environnement audois mais aussi du tracé de certaines constellations), alchimie, mythes grecs, tarot de Marseille, analyse picturale, etc… ce cocktail hyper dense nous propulse droit dans les fondamentaux de la culture occidentale et sait envisager le contexte de cette énigme dans les multiples sens de lecture qu’elle imbrique. À mesure que les pages tournent, une formidable machinerie dévoile ses contours, toujours plus nette, et qui n’avait d’autre but que l’avènement d’un formidable événement, heureusement sans suite, même si certains aujourd’hui rêvent de la même chose, à force d’une compréhension tronquée de l’universalisme et ses symboles. Cette étude, avec ses finesses, arrive donc à point nommé et fait force pédagogie. Une lucidité salutaire et oxygénée quand d’autres aigreurs contemporaines prônent et croient encore, de façon premier degré, en une lignée royale française « d’essence divine » ou « venue d’ailleurs » et crachent sans cesse sur la mutation sociétale majeure qu’a occasionné la Révolution de 1789, sans se rendre compte qu’ils en bénéficient aujourd’hui des avancées libertaires (même si elles sont salement perverties et en grand danger actuellement). Le but n’étant pas ici de déflorer en quelques lignes insignifiantes un travail méticuleux de quatre années, tout juste démoulé de sa tempête sous crâne, nous n’en dévoilerons pas plus.

 L’île sacrée est assurément une recherche qui fait mouche, à lire et relire pour s’en pénétrer de la substantifique moelle et en appréhender de manière claire le cheminement considérable. Un point de vue qui apporte, sans conteste, un nouvel élan de fraîcheur et de lumières bleues à cette « affaire » qui dure, qui dure… mais qui interpelle plus que jamais. Car la conclusion est, pour reprendre Christian Doumergue dans la préface:

… située à des lieues (au propre comme au figuré) de celles jusque-là exposées.

Cet aboutissement m’a moi-même grandement surpris mais il ouvre une perception nouvelle, qui entre, avec force, en résonance avec les turpitudes de notre époque. Reste qu’au-delà de l’aspect politique, la dimension spirituelle est clairement posée. Ne sommes-nous ici-bas qu’un reflet de « métastructures » qui ordonnancent le vivant? Si oui, de quelle nature? Et l’on en revient à la logique pure, au Verbe Universel et son logos, au cercle composé d’une infinité de points de dimension nulle mais sans circonférence, etc… Mais l’on s’éloigne…

Un seul point noir, si l’on peut dire, concerne l’objet livre lui-même, non le contenu: les illustrations. Manque criant de définition, notamment pour le tableau de Nicolas Poussin, qu’on ne présente plus, ou la carte d’Edmond Boudet. L’œil s’esquinte les prunelles à essayer de débusquer les détails. Même sans parler d’impression couleur, toujours plus onéreuse, un effort sur la qualité d’impression des documents n’aurait pas été du luxe. Peut-être pour la prochaine édition… En attendant, le livre peut se commander sur le blog de Catherine Pierdat, consacré à l’affaire de Rennes-le-Château. Pour qui s’intéresse à cette histoire et à l’histoire secrète en général, ce pavé vaut d’être arpenté par nos intelligences, pour ensemencer de nouvelles réflexions. Car les chemins de traverse érudits d’Henri Boudet valent la promenade.

Franck Balmary.

P.S.: et merci à Catherine pour sa dédicace!

4 Réponses to “L’île sacrée”

  1. Pour tous ceux qui rêvent de partir à la chasse au trésor, voici le lien d’un site qui en propose plusieurs en France et en Europe:
    http://www.letresor.fr
    Bonne chasse a tous !

  2. perignem Says:

    Transcrire, c’est interférer sur la fixité commune du langage, penser au Signe, se laisser porter à dégager des symboles comme autant d’indices d’une élection du texte comme Portée par une expérience transcendante tendant vers l’UN.

    Ainsi sa révélation, sinon son déploiement, relèvent-ils toujours de la recherche spirituelle.

    Le partage de cette épiphanie, son devenir pour ainsi dire « matériel », n’est souvent ressenti par le commun que comme frissonnement de figures rendu par le filtre quantitatif de la Doxa scientifique : une toile ornementée posée sur le plan (supra)ordinaire.

    On y oublie la Trame, les points d’appui pour l’esprit, la Présence soudrant du Vide de l’UN voilé par l’étoffe dialectique ne permettant que peu souvent de concevoir l’expérience de l’unité.

    Le mental s’y perd, se leurre à sa poésie, à l’ordre des mots sans en écouter ni sonorités, ni échos…

    Ces chiffres du divins, dont l’infini résurgence en déploiements apparait compatible avec l’Absolu, se conjuguent avec l’ascèse.

    Je ne connais pas précisément Catherine Pierdat, de son Œuvre je ne possède qu’un fichier téléchargeable (un PDF) témoignant de la Grande harmonie de sa Table des matières, donnant forte impression d’horizon et grande respiration vers révélations. Je vais le commander tantôt, son Auteur me donnant sentiment de Vaste Esprit touchant aux Intelligences (Mundus Imaginalis).

    Je possède par contre depuis aujourd’hui une copie de ce chef d’œuvre de matières sonores imitant du sifflement des oiseaux, jusqu’à l’ondoiement de la cimes des arbres (« La vraie langue celtique et le cromleck de Rennes-les-Bains » de M. l’AB H. Boudet).

    http://www.esonews.com/rennes_le_chateau/Livre_Boudet.pdf

    Ayant imprimé certaines pages choisies (je les avais en connaissance consultées il y a plus d’un mois), je décidais sur la première d’inscrire ce mot de Poète :

    « rencontrer le son en son propre être propre de son, d’entendre sous ses emplois aussi nombreux que divers son étrangeté radicale, ce que l’on peut dire de son absolu : Lîle Verte (insula viridis). »

    Amen
    Franck F.

  3. […] jusqu’à présent il n’avait été détricoté avec une aussi perçante acuité… »Lire la suite de cet article sur le blog La Roche Aux Loups.****Pour se procurer cet ouvrage sur le site Amazon.fr : Cliquer ici.Pour se procurer cet ouvrage […]

  4. […] La structure permet d’y voir enfin clair dans cette énigme. L’auteur commence par détricoter tout ce qui touche à la vie du curé, exposant les nombreuses histoires dans l’histoire. Car il importe plus que tout de partir d’un socle ferme. Arrivé le 1er juin 1885 à Rennes-le-château, Bérenger Saunière s’enrichit assez vite et le montre de manière ostentatoire par la réfection de l’église tout d’abord, puis la construction d’un domaine au faste pour le moins voyant dans une région agraire. Au fil des déductions et des documents retrouvés en archives (Bibliothèque nationale et archives départementales de l’Aude entre autres), Christian Doumergue met à jour la source de financement concrète des "grands travaux" du curé. Et, au passage, inscrit pleinement le personnage dans sa pensée politique et sociale du moment, à l’heure où la France s’approche de la séparation de l’Eglise et de l’Etat, position déjà évoquée clairement par Catherine Pierdat à propos du curé de Rennes-les-bains, Henri Boudet, dans son livre L’île sacrée. […]

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :